Sexe et recherche d’intimité

Sexe et recherche d’intimité par Dick Purnell

Dans le magazine Collegiate Challenge, le Dr Henry Brandt décrit un syndrome, une tendance, qu’il a remarqué chez les couples qui viennent le consulter. Ils lui disent : « Au début, faire l’amour était excitant. Puis, j’ai commencé à avoir une drôle d’impression de moi-même, et ensuite j’ai commencé à avoir une drôle d’impression de mon partenaire. Nous nous sommes disputés et querellés, et nous avons fini par nous séparer. Maintenant, nous sommes des ennemis.»

Ce syndrome, je l’ai surnommé le syndrome du lendemain. C’est quand on se réveille et qu’on découvre que l’intimité n’est pas vraiment là. Le sexe ne satisfait plus, et ce qu’on en retire au bout du compte n’est pas du tout ce qu’on voulait au départ. Il n’y a plus que deux personnes égocentriques en quête de satisfaction personnelle. Les éléments de l’amour véritable et de l’intimité ne s’obtiennent pas « instantanément », et on se retrouve en état de déséquilibre et en quête d’harmonie.

Notre vie se divise en cinq parties importantes : physique, émotive, mentale, sociale et spirituelle. Ces cinq parties sont faites pour fonctionner ensemble dans l’harmonie. Or, dans notre recherche d’intimité, nous voulons la solution aujourd’hui, ou hier. Un de nos problèmes, c’est que nous voulons une gratification « instantanée », si bien que lorsque le besoin d’intimité n’est pas comblé dans une relation, nous cherchons une solution « instantanée ». Et où la cherchons-nous ? Dans le domaine physique, mental, social, émotif ou spirituel ? Dans le domaine physique, parce que c’est plus facile d’être intime physiquement avec quelqu’un du sexe opposé que d’être intime dans n’importe lequel des quatre autres domaines. On peut connaître l’intimité physique avec quelqu’un de l’autre sexe en une heure, ou une demi-heure – cela dépend uniquement de l’envie ! Mais on ne tarde pas à découvrir que faire l’amour n’est peut-être qu’un soulagement temporaire d’un désir superficiel. Il y a un besoin bien plus profond qui n’est pas encore comblé.

Que faisons-nous quand l’excitation s’estompe et que, plus nous faisons l’amour, moins nous aimons ça ? Eh bien, nous rationalisons en disant : « Nous sommes amoureux. Non mais, je veux dire vraiment amoureux. » Pourtant, nous continuons à nous sentir coupables et insatisfaits. Dans tous les campus américains, je vois des hommes et des femmes qui recherchent l’intimité, qui passent d’une relation à une autre, en espérant que « cette fois, ce sera la bonne » et en se disant : « Cette fois, je vais trouver une relation qui va durer. »

Je crois que ce que nous voulons vraiment, ce n’est pas du sexe. Ce que nous voulons vraiment, c’est l’intimité.

 

L’intimité, c’est quoi ?

 

Aujourd’hui, le mot « intimité » a une connotation sexuelle. Pourtant, c’est bien plus que cela. L’intimité inclut toutes les différentes dimensions de notre vie. La dimension physique, oui, mais aussi les dimensions sociale, émotive, mentale et spirituelle. Le mot « intimité » signifie en fait le partage de toute la vie. D’ailleurs, n’avons-nous pas tous, à un moment ou un autre, désiré être intimes avec quelqu’un, unis à cette personne, et désiré partager toute notre vie avec elle ?

 

Marshall Hodge a écrit un livre sur la peur de l’amour (Your Fear of Love) dans lequel il dit : «  Nous voulons vivre des manifestations d’amour, d’intimité et de tendresse, mais souvent, au point critique, nous reculons parce que nous avons peur de l’intimité, peur de l’amour. » Plus loin dans son livre, il dit : « Plus on est intime avec quelqu’un, plus on risque de souffrir. » C’est donc la peur de souffrir qui, souvent, nous empêche d’accéder à la véritable intimité.
Il y a quelque temps, je donnais une série de conférences dans une université du sud de l’Illinois. Après une de ces conférences, une femme s’est approchée de moi, en disant : « Je dois vous parler de mes problèmes avec mon copain. » Nous nous sommes assis, et elle a commencé à me raconter ses difficultés. Au bout d’un moment, elle m’a dit : « Je suis maintenant en train de prendre des mesures pour ne plus jamais me faire blesser. » Je lui ai dit : « Autrement dit, vous prenez des mesures pour ne plus jamais aimer. » Croyant que j’avais mal compris, elle a poursuivi en disant : « Non, ce n’est pas ce que je dis. Je ne veux tout simplement plus jamais être blessée. Je ne veux plus souffrir. » Je lui ai dit : « C’est cela, vous ne voulez pas d’amour dans votre vie. » Voyez-vous : l’amour sans souffrance, ça n’existe pas, car plus on est intime avec quelqu’un, plus on risque de souffrir.
Je présume que vous diriez (comme près de 100 pour cent de la population) que vous avez déjà été blessé dans une relation. La question est : qu’avez-vous fait de cette blessure ? D’habitude, pour camoufler la douleur, nous avons tous recours à ce que j’appelle des ” signaux doubles “. Nous disons à quelqu’un : « Écoute, je veux que tu t’approches de moi. Je veux aimer et être aimé…, mais un instant, j’ai déjà été blessé auparavant. Non, je ne veux pas parler de ces sujets-là et je ne veux pas entendre ces choses-là. » Nous construisons des murs autour de notre cœur pour le protéger contre quiconque voudrait y entrer et nous blesser. Mais ces mêmes murs qui gardent les gens à l’extérieur de notre cœur nous emprisonnent à l’intérieur. Résultat : la solitude s’installe et il nous est impossible de connaître l’intimité et l’amour véritables.

L’amour, c’est quoi ?
L’amour, c’est plus que des émotions et bien plus qu’un sentiment agréable. Mais notre société a pris ce que Dieu a dit au sujet de l’amour, du sexe et de l’intimité et l’a changé en simples émotions et sentiments. Dans la Bible, Dieu décrit l’amour de façon très détaillée, surtout dans le chapitre 13 de la première épître aux Corinthiens. Pour vous aider à saisir toute l’importance de la définition que Dieu donne à l’amour, permettez-moi de vous présenter les versets 4 à 7 (1 Corinthiens 13.4-7) comme ceci : Dans quelle mesure vos besoins seraient-ils comblés si quelqu’un vous aimait comme Dieu dit qu’on devrait vous aimer ?

q    Si cette personne était patiente, bonne et non envieuse envers vous ?

q    Si cette personne ne se vantait pas et n’était pas enflée d’orgueil ?

q    Si cette personne n’était pas brusque avec vous, ne cherchait pas son intérêt et ne s’irritait pas facilement ?

q    Si cette personne ne vous rappelait pas vos fautes ?

q    Si cette personne refusait de vous tromper et cherchait toujours à vous dire la vérité ?

q    Si cette personne vous protégeait, vous faisait confiance, recherchait toujours votre bien et si elle persévérait à vous aimer malgré les conflits entre vous ?
C’est ainsi que Dieu définit l’amour qu’il veut que nous expérimentions dans nos relations. Avez-vous remarqué que ce genre d’amour est centré sur l’autre personne ? Il donne, au lieu de chercher son intérêt. Et tout le problème est là, car qui peut vivre à la hauteur de cet idéal ?
En fait, pour que nous puissions expérimenter ce genre d’amour dans nos rapports avec les autres, nous devons d’abord expérimenter l’amour que Dieu a pour nous, car nous ne pouvons pas démontrer constamment ce genre d’amour à un autre si nous n’avons jamais nous-mêmes été aimés de cette manière. Dieu, qui vous connaît, qui sait tout de vous, vous aime parfaitement.

Par le prophète Jérémie, Dieu nous dit : « Je t’aime d’un amour éternel ; c’est pourquoi je te conserve ma bonté » (Jérémie 31.3). Par conséquent, l’amour de Dieu pour vous ne changera jamais.

Dieu nous a tant aimé qu’il a permis que Jésus-Christ soit crucifié (une ancienne forme d’exécution) pour nos péchés, afin que nous puissions être purifiés. Dans la Bible, il est écrit : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16). Or, c’est en nous tournant vers Dieu et en acceptant son pardon que nous commençons à expérimenter son amour.

Dieu dit : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1.9). Non seulement Dieu pardonne nos péchés, mais il les oublie et nous purifie.

Quoi qu’il arrive, Dieu continue de nous aimer. Souvent, les relations se brisent quand quelque chose en elles est altéré, comme à la suite d’un accident grave ou de la perte d’un emploi. Mais l’amour de Dieu ne dépend ni de notre apparence physique ni de qui nous sommes.

Comme vous pouvez le voir, ce que Dieu pense de l’amour est totalement différent de ce que la société en dit. Pouvez-vous imaginer une relation où règne ce genre d’amour ? Dieu nous dit que pour jouir de son pardon et de son amour, nous n’avons qu’à lui demander, car c’est un don qu’il nous fait. Cependant, si nous refusons ce don, nous nous empêchons de trouver la satisfaction véritable, l’intimité véritable et un sens véritable à notre vie.

La solution
La solution se trouve dans l’amour de Dieu. Tout ce que nous avons à faire, c’est répondre par la foi et l’engagement. Voici ce que la Bible dit au sujet de Jésus : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jean 1.12). Dieu a envoyé son Fils unique, Jésus, mourir à notre place. Mais l’histoire ne finit pas là. Trois jours après, Jésus est ressuscité des morts. En tant que Dieu, il est vivant aujourd’hui et veut faire entrer son amour dans votre cœur. Une fois que vous l’aurez accepté, vous serez étonné de ce qu’il peut accomplir dans votre vie et dans vos relations.
La Parole de Dieu nous dit : « Celui qui croit au Fils [Jésus-Christ] a la vie éternelle : celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3.36). Ce que Dieu veut pour nous, c’est que nous ayons la vie, pas seulement pour aujourd’hui, mais pour l’éternité. Si nous choisissons de le rejeter, alors nous choisissons aussi la conséquence du péché, qui est la mort et la séparation éternelle d’avec Dieu.
C’est la réception de Jésus-Christ, le fait de le recevoir dans notre vie et de croire en lui, qui équilibre notre vie. La foi en Dieu libère le pardon de Dieu. Plus besoin de se cacher alors, et de suivre notre propre voie. Il est là avec nous, et nous sommes en paix avec lui. Quand nous plaçons notre foi et notre confiance en lui, il vient habiter en nous, et nous avons une relation intime avec lui. Son pardon nous purifie même du péché le plus profond, de l’égocentrisme le plus tenace et du problème le plus grave que nous ayons jamais eu ou que nous aurons jamais.

Une intimité qui satisfait
L’attitude de Dieu à l’égard du sexe est très claire dans toute la Bible. En fait, Dieu réserve les relations sexuelles au mariage et au mariage seulement, non pas parce qu’il veut que nous soyons misérables, mais parce qu’il veut protéger notre cœur. Il veut établir une base de sécurité pour nous, afin que, lorsque nous entrerons dans les liens du mariage, notre intimité repose sur la sécurité de l’amour et de la sagesse de Dieu.

Quand nous plaçons notre confiance en Jésus-Christ, il nous donne un nouvel amour et nous fortifie de jour en jour. C’est ainsi que nous accédons pleinement à l’intimité que nous recherchons, car Dieu nous donne un amour qui n’abandonne pas et qui dure malgré le passage des ans et les temps changeants. Son amour peut unir deux personnes, avec lui au centre de cette union. Quand on fréquente quelqu’un, on grandit ensemble, pas seulement sur le plan spirituel, mais aussi sur les plans social, mental et émotionnel, et on peut avoir une relation empreinte d’honnêteté, d’affection et d’intimité qui est satisfaisante et palpitante ! Et si la relation débouche sur le mariage, alors l’union sexuelle ne peut que fortifier le fondement qui a été établi.

Vous pouvez recevoir Jésus-Christ à l’instant même par la foi, au moyen d’une simple prière. Prier, c’est parler à Dieu. Dieu connaît votre cœur et se soucie davantage de l’attitude de votre cœur que de vos paroles. Voici une suggestion de prière : « Seigneur Jésus, j’ai besoin de toi. Merci d’être mort sur la croix pour mes péchés. Je t’ouvre la porte de ma vie et je te reçois comme mon Sauveur et Seigneur. Merci de me pardonner mes péchés et de me donner la vie éternelle. Prends le contrôle de ma vie et fais de moi la personne que tu veux que je sois. »

Cette prière exprime-t-elle le désir de votre cœur ? Si oui, faites-la tout de suite. Si vous placez votre foi en Jésus-Christ, il entrera dans votre vie comme il l’a promis. Alors commencera une relation durable avec lui, dont l’intimité croîtra à mesure que vous le connaîtrez mieux. Et, avec Jésus au centre de votre vie, celle-ci aura une toute nouvelle dimension – une dimension spirituelle – qui apportera plus d’harmonie et de satisfaction dans toutes vos relations.

© 1997 Dick Purnell

Dick Purnell a adressé la parole à des étudiants dans plus de 450 universités et collèges. Il a écrit 12 livres en anglais, dont Becoming a Friend and Lover et Free to Love Again : Coming to Terms with Sexual Regret.

 

Laisser un commentaire