Le plan divin pour un mariage heureux (2)

Les responsabilités du mari
Bien entendu, un homme ne devrait épouser qu’une femme qu’il aime vraiment. Malheureusement, il faut reconnaître que des millions d’hommes n’ont jamais appris la signification du mot « amour ». A cause des « films à bon marché » et de mauvais exemples, ils confondent trop souvent « l’amour » avec la convoitise. Ils pensent que le désir sexuel et charnel de « trouver » la satisfaction avec une personne de l’autre sexe constitue l’amour. Il n’y a rien de plus faux !
Le véritable amour consiste à donner – à partager les projets, les espoirs et les rêves entre un homme et une femme, qui veulent construire une vie ensemble, jusqu’à ce que la mort les sépare. S’ils ne sont pas capables de discuter entre eux, de se sourire en se regardant, de partager de petites joies et des choses intimes, de se supporter mutuellement lorsque surviennent les grosses épreuves, leur amour est en effet perdu.
L’apôtre Paul ordonne : « Maris, que chacun aime sa femme et ne s’aigrisse pas contre elle » (Colossiens 3 :19). Certains maris deviennent vite « amers », parce que leur femme n’est pas à la hauteur de l’idole parfaite et angélique qu’ils s’étaient humainement imaginés !
Mais il n’a jamais été question que la femme ressemble à une idole ! Elle n’a pas été créée pour être parfaite dans cette vie, pas plus que son mari ! Elle n’a pas été destinée à devenir une maîtresse de maison, une mère et une conjointe parfaites, ni une déesse hollywoodienne ! Elle fut créée – par notre Créateur suprême – pour devenir un être cher, une aide et une source d’inspiration pour l’homme qui partagerait sa vie, ses projets, ses espoirs et ses rêves ; elle doit guider, et non pas diriger, leur foyer dans un esprit de confiance et d’amour !
Beaucoup trop souvent, notamment dans notre monde moderne, les hommes s’imaginent que c’est à la femme de parler des choses spirituelles et de susciter l’intérêt, chez les enfants, en ce qui concerne Dieu et l’Eglise. C’est faux. L’homme qui n’assume pas cette responsabilité qui vient de Dieu est tout simplement en train de fuir ses responsabilités ! Car Dieu a prévu que l’homme soit le chef spirituel de la maison, en faisant sa part et en étant à l’écoute.
Remarquez ce que déclarent les Ecritures : « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ » (1 Corinthiens 11 :3).
Chaque homme a la possibilité d’être le représentant direct de Dieu sur sa propre maison – en enseignant, en instruisant, en guidant et en encourageant sa femme et ses enfants à apprendre et à obéir aux instructions contenues dans la Bible, en adorant et en servant le Dieu qui les a tous créés. Beaucoup de femmes et d’enfants seraient d’accord d’être guidés par le chef de famille si celui-ci accomplissait, ne serait-ce que la moitié, de ses responsabilités ! Il faut que les hommes comprennent cela. Ils doivent être un exemple dynamique de dévouement envers leur Créateur, dans l’étude de Sa parole, dans la prière au moment des repas – aussi bien en présence de la famille que lorsqu’ils prient en privé, à genoux, dans leur chambre ou dans tout autre lieu privé.
L’homme devrait être un exemple d’autodiscipline dans la crainte de Dieu. Il devrait montrer qu’il est fort – suffisamment fort – pour vaincre ses désirs et contrôler ses penchants. En vainquant son habitude de fumer, en contrôlant sa tendance à boire ou ses autres penchants, en maîtrisant ses émotions, en dirigeant sa famille dans la bonne voie, en contrôlant et en guidant sa langue selon la « loi de la bonté », il peut donner un exemple que ses enfants n’oublieront jamais, en grandissant. Il ne fait aucun doute qu’un tel exemple impose le respect, l’admiration et l’amour chez toute femme censée et sage.
Donc, si vous étudiez la Bible pour voir ce qu’elle dit au sujet du mariage, et si vous vous efforcez – avec l’aide de Dieu – de suivre les enseignements, les principes et les exemples bibliques au sein de votre mariage, vous serez bénis. Si des jeunes mariés se mettent à genoux et demandent sincèrement à Dieu de les mener et de les guider dans leur mariage, s’ils étudient Sa parole inspirée et la respectent, alors ils vivront dans une sorte de « paradis terrestre », du moins aussi longtemps qu’ils se sentiront concernés par leur mariage !
Aussi surprenant que cela puisse paraître à ceux qui ne sont pas familiers avec la voie divine, il s’agit là d’une réalité. J’ai vu ces principes à l’œuvre au sein de mon propre mariage, et dans les mariages de nombreuses personnes qui ont cru à Dieu. Les résultats dépendront de la diligence de chacun à suivre cet enseignement.
Il ne tient qu’à nous de faire de Dieu le centre de notre mariage ! Recherchons Sa volonté dans chaque aspect de notre mariage, de tout notre cœur – et ensuite, respectons-la !

Engagement et confiance
Souvent, au cours de la cérémonie traditionnelle du mariage, on entend l’expression : « Jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Bien que la plupart des gens, aujourd’hui, dédaignent cette notion, il est essentiel que chaque mariage soit construit sur cette compréhension. Comme nous l’avons vu, c’est Dieu qui a ordonné le mariage. Et Jésus-Christ a dit : « Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint » (Matthieu 19 :6). Bien que les psychologues modernes, les conseillers, et même beaucoup de ministres, censément chrétiens, semblent désireux de fournir aux couples toutes sortes « d’issues de secours », Dieu agit autrement ! « L’infidélité conjugale » (porneia en grec) est un motif retenu par Dieu pour prononcer un divorce. Mais le mariage doit être un engagement à vie, c’est la volonté exprimée par Dieu ! Notez ce passage clé dans la révélation divine à l’humanité : « Voici encore ce que vous faites : vous couvrez de larmes l’autel de l’Eternel, de pleurs et de gémissements, en sorte qu’il n’a plus égard aux offrandes et qu’il ne peut rien agréer de vos mains. Et vous dites : Pourquoi ? […] Parce que l’Eternel a été témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, à laquelle tu es infidèle, bien qu’elle soit ta compagne et la femme de ton alliance. Nul n’a fait cela, avec un reste de bon sens. Un seul l’a fait, et pourquoi ? Parce qu’il cherchait la postérité que Dieu lui avait promise. Prenez donc garde en votre esprit, et qu’aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse ! Car je hais la répudiation, dit l’Eternel, le Dieu d’Israël, et celui qui couvre de violence son vêtement, dit l’Eternel des armées. Prenez donc garde en votre esprit, et ne soyez pas infidèles ! » (Malachie 2 :13-16).
Dans ces versets, Dieu parle du mariage comme d’une relation définie par une « alliance ». Il montre que l’un des objectifs du mariage est de produire « une postérité promise par Dieu ». Pour cela, il faut évidemment une relation stable et fondée sur l’amour. Trois fois dans ce passage, Dieu parle d’un comportement « infidèle » (ou de trahison), qui mène à la rupture du mariage.
Entre autres, le mariage est un « test ». C’est un test de votre fidélité à l’égard des instructions divines relatives au mariage, et envers votre conjoint avec qui vous partagez cette relation sanctifiée. Jusqu’à quel point « vous donnerez-vous » pour votre conjoint ? Jusqu’où iront votre patience, votre gentillesse et votre humilité pour y arriver ? Par ailleurs, Dieu a dit qu’Il « hait » le divorce (verset 16). Dieu ne hait pas les personnes divorcées, mais Il méprise l’égoïsme, l’envie, la vanité, l’égocentrisme et la « traîtrise » (ou l’infidélité) qui sont presque toujours présents lorsqu’un mariage est rompu par un divorce.
Dans chaque mariage, il faut tenir compte de cet enseignement de l’apôtre Paul, inspiré par Dieu : « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses. Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle » (Ephésiens 5 :22-25). Ces versets montrent clairement que le mariage est un type de la relation qui existe entre Dieu et l’Eglise. Cette relation est une soumission totale de l’un envers l’autre, et une soumission totale à la volonté divine. Ce doit être une relation durable – « jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Cela illustre l’amour, l’intérêt total qui en découle, ainsi que la confiance et la stabilité qui en résultent et qui existent entre le Christ et Sa véritable Eglise.

Laisser un commentaire