Le plan divin pour un mariage heureux (3)

La réussite du mariage requiert des efforts
Pour vivre cette relation ordonnée par Dieu au sein de votre mariage, vous devez y travailler à deux ! Vous devez mettre vos pensées et votre énergie dans l’édification de votre mariage, comme le ferait un grand scientifique pour une nouvelle invention importante. Les couples qui réussissent et qui sont vraiment heureux ne prennent jamais leur mariage à la légère. Les véritables chrétiens prient régulièrement pour leur mariage. Ils étudient la Bible et d’autres sources dignes de foi pour améliorer leur mariage. Et ils s’engagent mutuellement pour que leur mariage dure – « jusqu’à ce que la mort » les sépare.
Tout cela développe dans leur mariage un sens de « confiance » et de stabilité. En effet, comme il est écrit dans Proverbes : « Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie » (Proverbes 31 :10-12). Quelle merveilleuse image d’engagement et de service fondés sur l’amour de la part d’une femme vertueuse ! Une telle femme devrait être profondément appréciée et estimée comme un trésor.
Le mari d’une femme vraiment remplie d’amour sera prêt à « vouer sa vie » pour sa compagne – l’aimer, l’honorer, la protéger, pourvoir à ses besoins et la servir de toutes les façons possibles. Aucun homme honnête ne devrait jamais, jamais, laisser son esprit ou ses émotions s’enflammer pour une autre femme. Jésus-Christ appelle ce genre de choses, un adultère : « Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5 :28).
Non seulement, une telle trahison détruira son épouse et ruinera probablement leur mariage, mais elle provoquera aussi un grand chagrin et une profonde angoisse – voire une grande fureur – chez le mari de l’autre femme.
Celui qui nous a créés homme et femme, nous dit par l’intermédiaire de Salomon : « Mais celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens, celui qui veut se perdre agit de la sorte [celui qui agit de la sorte détruit son âme] » (Proverbe 6 :32). Le mot original hébreux, traduit ici par « dépourvu de sens » est parfois traduit par « dépourvu de cœur ». Car un tel comportement, corrompu et égoïste, « arrache » virtuellement « le cœur » d’un homme qui aime sa femme, et qui découvre qu’il a été trompé et déshonoré. Il en est de même pour une femme qui découvre qu’elle a été trahie. Car les profonds sentiments d’amour et de confiance, le foyer et la maison, l’engagement profond et la sécurité sont soudainement brisés ! Et ce passage poursuit : « Car la jalousie met un homme en fureur, et il est sans pitié au jour de la vengeance ; il n’a égard à aucune rançon, et il est inflexible, quand même tu multiplierais les dons » (versets 34-35).
Tous ceux qui sont déjà mariés, ou qui le seront à l’avenir, devraient s’engager profondément à honorer les vœux de leur mariage, en tout point ! Nous devrions étudier la parole divine à ce sujet, prier chaque jour pour notre mariage et notre famille, remercier Dieu régulièrement si nous avons un conjoint qui nous aime et qui est fidèle, et faire tout ce qui est en notre pouvoir – avec l’aide divine – pour bâtir un profond sentiment d’amour, de confiance et de stabilité au sein de notre mariage. « Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie de vanité, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous les jours de ta vanité ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil » (Ecclésiaste 9 :9). Dans cette vie physique, il n’y a pas de plus grande bénédiction que cette sorte de relations sanctifiées !

Une communication sincère
Comme nous l’avons dit au début de cette brochure, beaucoup de femmes nous ont crié leur désespoir : « Mon mari ne me parle plus ! C’est pourquoi nous ne sommes pas proches – il ne partage plus rien avec moi. Il s’assied avec mélancolie à table, à l’heure des repas, ou il lit le journal, ou il regarde la télévision toute la soirée ! »
L’exemple cité ci-dessus est un cas typique de millions de mariages. Souvent, l’un des deux partenaires, au moins, pense qu’ils communiquent. Mais l’autre, généralement la femme, se rend compte que ce n’est pas le cas, et elle se sent seule et frustrée. Elle a le sentiment qu’elle et son mari cohabitent simplement dans la même maison. Cela ne signifie pas forcément qu’ils se battent ou se blessent physiquement, ou même verbalement. Mais il n’y a pas l’ouverture, le rapprochement, le partage total de deux vies, l’amour qu’il devrait y avoir.
A ce sujet, une femme déclara, après ses dix ans de mariage : « C’est déchirant. Avant d’être mariée, j’avais l’habitude d’aller au restaurant, et rien qu’en regardant dans la salle, je pouvais dire qui était marié et qui ne l’était pas. Les couples mariés mangeaient soit dans un silence de mort, soit la femme bavardait, pendant que le mari mangeait et l’ignorait. Je jurais que cela ne m’arriverait jamais – mais c’est arrivé ! »
Pourquoi y a-t-il de telles situations ? Pourquoi les maris et les femmes, de toutes nationalités, ne communiquent-ils pas plus l’un avec l’autre ?
Aimer signifie partager. Chaque mari digne de ce nom devrait développer l’habitude de parler de ses projets et de ses espoirs avec sa femme, de partager avec elle la plupart de ses pensées les plus profondes et de ses souhaits – et pas seulement les négatifs ! Il devrait renforcer cette sensation qu’elle fait vraiment « partie » de lui. Cette attitude et cette approche ont beaucoup plus de signification pour une femme que la plupart des hommes l’imaginent ! Pourtant, très peu de maris partagent leur vie de cette façon avec leur compagne.
Pourquoi ?
Souvent, les jeunes mariés travaillent assidûment pour apprendre à s’adapter aux attitudes et aux préférences de chacun. Ils prennent plaisir à échanger leurs opinions sur presque tout.
Puis, après quelques mois, toutes les opinions ont été échangées, les attitudes semblent avoir été comprises, l’intérêt et l’enthousiasme « d’apprendre à se connaître » ont disparu.
Avec le temps et les enfants, les intérêts et les discussions de la femme sont de plus en plus centrés sur les enfants et sur une foule de détails domestiques, qui n’ont généralement que peu ou pas d’intérêt pour le mari. Souvent, l’attitude de l’autre est considérée comme acquise sur certains sujets.
La plupart des maris ne se contentent que d’écouter les bonnes nouvelles au sujet de leurs enfants, mais ils sont ennuyés lorsque leur femme leur confie les petits problèmes liés à l’éducation de la famille. Les femmes se sentent souvent délaissées par leur mari lorsque les enfants sont petits. N’ayant pas d’adulte à la maison avec qui parler pendant la journée, elles ressentent un besoin urgent de parler avec leur époux, le soir. Mais de nombreux maris se retirent derrière leurs journaux, ou allument tranquillement la télévision, au lieu de supporter ce qu’ils ressentent comme un « rabâchage » ennuyeux des frustrations domestiques !
Un homme a besoin de considérer sa femme comme un « être cher ». Il doit cultiver et bâtir une atmosphère amoureuse, sentimentale et intime dans son foyer – en embrassant sa femme lorsqu’il rentre du travail, en lui tenant la main lorsqu’ils se promènent, et en l’embrassant souvent au cours de la journée avec une affection sans réserve.
Le véritable amour nécessite un respect profond et constant. Un homme devrait être reconnaissant que celle qui est devenue sa femme ait choisi de partager sa vie avec lui jusqu’à la mort. Il devrait apprécier cette réalité – et les nombreuses qualités d’aide, de patience et de service que possèdent presque toutes les femmes. Il devrait l’encourager et faire valoir ce qu’il y a de meilleur chez elle – et non pas se plaindre et à revenir sans cesse sur le passé par des critiques dénigrantes qui l’incitent, dans la plupart des cas, à répondre de la même façon.
L’homme doit respecter le fait que sa femme est un être humain, adulte, créé à l’image de Dieu. Il doit se rendre compte, qu’un jour – selon le merveilleux Plan de notre Dieu suprême – elle est appelée à devenir un être spirituel, glorifié, pour régner avec le Christ sur cette terre, et même pour diriger les anges (1 Corinthiens 6 :3) !
Avec cette sorte de compréhension et de respect, un mari véritablement chrétien doit partager ses pensées, ses projets et sa vie avec le charmant être humain qu’il a choisi comme partenaire pour la vie. « Ma femme est mon meilleur ami », ne devrait pas être un simple cliché. Cela devrait être une réalité. Un conjoint qui est un véritable ami, aide sa conjointe à bâtir la confiance en soi, il l’encourage dans les périodes difficiles, et la retire de la sollicitude. Les couples qui peuvent discuter honnêtement de ce qui est important pour eux – y compris de leurs relations personnelles – sont plus heureux, et ont plus de chance d’avoir un mariage durable. Il vaut toujours mieux parler ouvertement des problèmes, que de laisser un malentendu ou une blessure s’aggraver.

Laisser un commentaire