Choix du conjoint : quand l’intégrité, la sagesse et la crainte de Dieu nous guident…

L’homme et la femme : une unité

Réfléchis à ce que toi et ton futur conjoint, vous allez former un partenariat très étroit. Il n’y a pas de relation plus étroite que le mariage parmi les hommes. C’est pourquoi c’est proprement plus qu’un partenariat, c’est une unité indissociable comme nous l’avons vu. Dieu a donné le mariage pour que deux personnes puissent vivre ensemble et s’aimer réciproquement. Avec ton conjoint, tu deviens une seule chair ; c’est plus que la relation entre parents et enfants, ou que la relation entre amis — si intime et si bon que l’amitié puisse être.

Je le répète encore une fois : être marié, c’est beaucoup plus que d’avoir quelqu’un avec qui on va au lit. Le côté sexuel en fait indiscutablement partie. C’est un don de notre Créateur pour le mariage. Mais être marié est infiniment plus que cela. C’est une unité indissociable d’esprit, d’âme et de corps. Avec ton conjoint tu partages tout dans la vie. Tu partages les sujets d’intérêt, les sentiments, la table, l’habitation, le temps, l’argent, le service pour le Seigneur. C’est pourquoi ce troisième critère sur lequel nous réfléchissons maintenant est très important. Pèse bien devant le Seigneur si ton futur conjoint te correspond réellement, si tu peux tout partager avec lui.

Peut-être penses-tu en toi-même : « Ah ! c’est bien trop compliqué. L’essentiel, c’est de s’aimer ; le reste suit de soi-même ». S’il te plait, fait attention. Je ne dis pas que l’amour ne joue aucun rôle, au contraire ; l’amour est un élément de base du mariage. Sans amour, rien ne va. Pourtant l’amour n’est pas tout. Une vieille sœur nous disait : « dis-toi bien que sans air et sans amour, on ne peut pas vivre ». Celui qui croit cela est vite soumis à l’épreuve des faits, de ce qui lui est cher. Or ce terrain peut être assez dur ; bien sûr : sans amour le mariage ne peut pas fonctionner. Mais l’amour ne suffit pas.

4.6.3.2 Des questions

Il y a plusieurs questions sur lesquelles il vaut mieux s’interroger avant, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises plus tard. Réfléchis que ces questions se trouvent sous le titre « y a-t-il correspondance ? », c’est-à-dire que tu dois aussi te poser ces questions quant à ce qu’il en est de toi-même.

· Veille-t-il (elle) à la communion avec le Seigneur ? son comportement est-il imprégné de la crainte de Dieu ?

· Fréquente-t-il (elle) les réunions des croyants ? Le voit-on parmi les autres manifestations chrétiennes ? qu’en est-il de la participation à la Cène ?

· Se donne-t-il (elle) de la peine pour servir le Seigneur ? soutient-il (elle) les activités dans l’assemblée ?

· Quel a été jusqu’ici son cercle d’amis ?

· Quel est son comportement en société ? est-il (elle) amical, prêt à aider, prévenant ? apte à communiquer ?

· Qu’est-ce qui l’intéresse ? ce domaine m’intéresse-t-il ou bien mon cercle d’intérêt est-il tout autre ?

· Quel est son comportement au travail ? comment parle-t-il des collègues ? est-il (elle) zélé et persévérant ?

· Les parents approuvent-ils la relation ? (bien sûr il peut arriver que les parents soient non croyants, et désapprouvent à cause de cela. Pour cette raison, ce point doit être pris en considération avec prudence).

· Quelles sont les relations avec ses parents et avec ses frères et sœurs ? ce point est important car il est probable que le jeune homme se comportera avec sa jeune femme comme avec sa mère.

· Les conditions matérielles pour fonder un foyer sont-elles réunies ? Attention : ne te repose pas sur la contribution financière des parents ou beaux-parents. Ce n’est pas une base saine. La pensée qu’au début du mariage la femme assure le revenu d’argent n’est pas une base saine.

· Comme femme, demande-toi si le futur conjoint agit en homme. Je ne parle pas de force corporelle ni de rayonnement de la personne, mais de qualités comme la fidélité, la fiabilité, ou le contrôle de soi. Est-il prêt à aider au ménage ? est-il prêt à se soucier des enfants ?

· Comme homme, demande-toi si ta future conjointe est caractérisée par un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu (1 Pierre 3:4). Pose-toi des questions tout à fait pratiques : ta future femme peut-elle tenir un ménage ? sait-elle cuisiner ? sait-elle maintenir l’ordre ? sait-elle gérer l’argent ? peut-elle élever des enfants. Cependant la femme idéale qui fait tout parfaitement n’existe pas.

Ce n’est pas là une liste exhaustive qu’on coche point par point et dont on tire une synthèse. Pas du tout. Ce ne sont que quelques points méritant réflexion, pour savoir si ton futur conjoint peux te correspondre ou non. Tu trouveras toi-même d’autres questions.

Il ne faut pas être sourd en présence de la question de savoir si mon conjoint me correspond ou non. C’est une question avant tout rationnelle, qu’on pose non pas avec le cœur, mais avec l’intelligence. Il ne s’agit pas bien sûr des coups d’œil de la femme ni de son tour de poitrine ; il ne s’agit pas du salaire de l’homme ni de ses titres dans le monde. Non, le mariage est quelque chose de tout autre, et cela va beaucoup plus loin. Il s’agit de savoir si l’homme et la femme se correspondent esprit, âme et corps.

Laisser un commentaire