Lakita Garth : une reine de beauté choisit l’abstinence

J’attendrai jusqu’à ma nuit de noce

Une reine de beauté qui choisit l’abstinence
par Lakita Garth

Me suis-je déjà retrouvée nue dans un lit avec un homme? Non. Je n’aurai pas de relations sexuelles jusqu’ à ce que j’ai dit :”Je le veux”. Ce qui signifie :”Je te veux toi, tu me veux moi et nous ne voulons personne d’autre.”

” Pas de bague, pas de vague” J’ai 34 ans et je suis vierge, mais je n’essaie absolument pas de faire quelqu’un se sentir mal. Surtout pas les adolescents auxquels je parle d’abstinence.

A 34 ans, l’ex Miss Black America n’a aucun projet de perdre sa virginité, jusqu’à ce que sa nuit de noce arrive. Elle est l’auteur de “La vérité nue” ( The Naked Truth en anglais), un livre qui parle des mythes sur la sexualité.

J’ai grandi à San Bernardino, Californie, qui, en un certain sens, était réputée par le magazine “Money” comme l’une des villes les plus dangereuses des Etats-Unis. Mes parents, qui sont de l’Alabama, m’ont élevée, mes quatre frères et moi à l’ancienne. Ils croyaient en un style de vie d’abstinence. Par abstinence, je veux dire maîtriser l’art du self-controle et de la discipline, et reporter l’autogratification. On m’a appris que l’on ne peux pas maîtriser la vie, à moins de maîtriser ces 3 outils pré-cités. Le message que j’ai toujours entendu de mes parents était : “Quand tu commences, aie toujours l’image finale en tête” En d’autres termes : Aie une vision.

A vrai dire, on ne parlait pas réellement de sexe à la maison, sauf pour répéter qu’on devait se préserver jusqu’au mariage. C’était un fait établi chez nous. Je savais aussi que ma mère m’aurait tuée. Mais je n’ai pas pris la décision de ne pas avoir de rapport sexuel juste parce que ma mère me l’a dit. Ce qui m’a vraiment inspirée pour attendre était quelque chose que mon grand-père m’a dit quand j’avais 11 ans.

Chaque été, nous avions l’habitude de conduire jusqu’en Alabama pour visiter mon grand-père Walter Long. Le matin, il disparaissait pendant quelques heures, et un jour je lui ai demandé où il se rendait. Il a répondu : “Je vais parler à ma meilleure amie, ta grand-mère”.

Ma grand-mère Louise était morte depuis 4 ou 5 ans au moment où il m’a répondu ça. Il avait 90 ans et se levait 6 jours par semaine dès que le soleil se levait, pour marcher 2km jusqu’au cimetière pour la visiter. Il disait qu’il le faisait, parce que cette femme lui faisait ressentir une force pour conquérir le monde entier.

La toute première fois où mon grand-père a embrassé ma grand-mère était le jour où ils se sont mariés; et ils sont restés mariés plus de 60 ans et ont eu 12 enfants. ” Je ne sais absolument rien au sujet d’une autre femme, m’a-t-il dit, “et je ne veux rien savoir; Parce que Louise était la vraie chose”.

Ce jour-là, j’ai décidé ce que je voulais. J’avais observé mes voisins et je savais que je ne voulais pas être comme les autres filles, enceinte et me demandant :” Où se trouve le père de mon bébé?”. Je voulais ce que mes grands-parents avaient. Et j’ai réfléchi à ce qu’ils avaient dû faire pour l’obtenir.

Quand je rencontre un jeune homme, je lui fais savoir tout de suite que j’enseigne au sujet de l’abstinence. 90% des fois, il répond : ” Tu sais, c’est vraiment bien. J’étais enchanté de te connaître”.

Ou alors, nous pouvons avoir une longue conversation, mais il ne me demandera pas mon numéro de téléphone. Cela me montre qu’il était intéressé par seulement une chose; alors pourquoi je le poursuivrais? Les gars qui me tournent autour, ont deux raisons majeures: soit ils me voient comme un défi, soit ils sont authentiquement intrigués par la complète notion d’abstinence et veulent en savoir plus.

Je pense que les soeurs en Christ doivent élever leurs standards et commencer à se demander : “Qu’est ce que je veux vraiment au fond?” La plupart d’entre nous, voulons de la passion, de l’engagement et l’intimité. Mais parfois, il y a confusion entre intimité et intensité. L’intimité est la capacité d’être complètement soi-même avec une autre personne, de partager ses espoirs, ses rêves, ses plus grandes craintes ; et ne pas avoir peur que cette personne se moque de vous ou parle de vous dans votre dos.

La réalité est que beaucoup de gens n’ont pas l’intimité dont tout le monde a besoin, alors certains essaient de combler le manque d’intimité par le sexe. Notre société dépense trop de temps et d’énergie concernant le sexe, et ce que nous voyons aujourd’hui est la conséquence malheureuse de ce débordement de débauche. Selon les Centres de Prévention et de contrôle de Maladie, le sida est le numéro 1 aujourd’hui qui tue des femmes noires âgées de 25 à 34 ans. Un département qui recense les nouveaux cas de maladie dénombre chaque année des adolescents. Et une étude de 1997 a trouvé que 45% des afro-américains adultes ont l’herpès. Ce sont simplement des faits.

Ma plus grande opposition ne vient pas des adolescents. Quand ils m’entendent parler d’abstinence, ils réalisent tout de suite qu’il s’agit d’être pratique : “Est-ce que je veux vraiment une maladie? Est-ce que je veux être enceinte? Mais les adultes pensent souvent que je critique leur moralité. Beaucoup d’entre eux ont grandi durant la révolution sexuelle, alors quand ils parlent à leurs enfants, ils disent : “Le sexe est beau, soyez juste prudent quand vous le pratiquez.”

Le sexe n’est pas une chose mauvaise. Le sexe est merveilleux, et nous devrions apprendre à nos enfants à le respecter. Et nous devrions être réguliers; Ne pas dire ” Ne te drogue pas, mais si jamais tu le fais, utilise une aiguille propre”

Je pense que nous devons modeler le message. Est-ce que tout le monde va attendre jusqu’au mariage? Non. Mais ça ne veut pas dire que nous ne devrions pas avoir de standard. Je me suis entraînée à penser différemment. Mon estime personnelle ne provient pas du fait qu’un homme peu me trouver désirable. Je pense que je vaux bien plus que cela. Alors je focalise mon attention sur des choses que je valorise plus que le sexe. J’ai mon travail, mes amis, ma famille. Ma vie est remplie. Le sexe n’est tout simplement pas une priorité. Pour moi, pour être avec un homme, il faut qu’il partage mes valeurs. Et si c’est le cas, nous n’allons pas nous mettre dans des situations dans lesquelles nous sommes tentés.

Il y a eu un homme dont j’aurais pu tomber profondément amoureuse. Nous étions bons amis et il comprenait mon style de vie. Mais je n’étais pas sûre qu’il puisse être fidèle, alors j’ai mis fin à la relation. Plus tard, j’ai eu des preuves qui m’ont montrées que j’avais eu raison à son sujet. Nous sommes toujours amis aujourd’hui mais je suis contente de ne pas m’être investie de façon romantique.

Bien sûr que je souhaite me marier. Et quand je me marierai, je rattraperai tout le temps perdu. Mon mari sera très heureux. Une émission TV m’a récemment demandé : “Comment saurez-vous que le sexe est agréable?” Je lui ai répondu : “Si nous ne réussissons pas la première fois, devinez quoi? Nous recommencerons. Et nous le ferons jusqu’ à réussir!” Si c’est là l’une des pires conséquences qui puissent m’arriver du fait que j’aie voulu attendre jusqu’au mariage, je peux vraiment très bien vivre avec ça.

Deux ans plus tard, à l’âge de 36 ans, Lakita se marie avec Mr RIGHT; Et ça, c’est un autre témoignage! A suivre!

Laisser un commentaire