“Le meilleur des hommes” de Edwin Luis Cole

Je vous fais partager l’extrait d’un livre que j’ai trouvé excellent, qui s’intitule:”Le meilleur des hommes” écrit par Edwin Luis Cole.
Je vous le recommande!

Voici l’extrait:

” Il y a un sacrificateur dans chaque foyer, Dieu a confié ce rôle à l’homme. Le sacrificateur a pour rôle d’exercer un ministère, non seulement envers le Seigneur mais envers ceux dont il a la charge.
Cela veut dire que l’homme doit exercer un ministère envers sa femme et ses enfants. Un tel ministère exige de la pratique. Il faut être véritablement un homme pour réussir. Heureusement, Dieu donne toutes les instructins qui sont nécessaires dans Son guide.

Le sacrificateur de la maison doit prier pour sa femme. La prière produit l’intimité.
On devient intime avec Celui qu’on prie, celui pour qui on prie et celui avec qui on prie. Jésus était tellement intime avec le Père dans la prière que, sur la Montagne de la Transfiguration, IL resplendit de la gloire, de la Présence du Père.

Quand un homme prie avec sa femme, il devient intime avec elle. L’intimité qui découle de la véritable prière spirituelle est bien supérieure à l’union physique. Elle a lieu en esprit. Une femme qui prie pour son mari développe avec lui en esprit, une intimité qui l’attire vers lui. Elle s’identifie à ses besoins et ainsi peut l’aider à y pourvoir.
L’homme qui ne prie pas pour sa femme prouve qu’il peut y avoir intimité physique, sans que se développe l’intimité de l’esprit qui produit la véritable unité.
Les relations sexuelles sont une chose; l’union spirituelle en est une autre. Si un homme désire vraiment faire un avec sa femme, alors qu’il commence à prier pour elle et avec elle.
Une devise dit: “La famille qui prie reste unie”
Chaque femme a besoin d’être unique à ses propres yeux. Le ministère de l’homme à l’égard de la femme consiste à y contribuer. Mais s’il ne prie pas pour elle, il ne tient pas compte de ses besoins les plus profonds.

Toute femme désire ardemment l’intimité d’un homme. Elle a été ainsi créée. Quand son mari lui refuse cette intimité, sa nature la conduit à chercher une alternative. ( C’est comparable au besoin sexuel pour l’homme…)
Les hommes qui connaissent leur femme dans la prière la connaissent aussi dans le salon, la cuisine et la chambre à coucher.
Le ministère, c’est la prière.
Dieu considère que l’homme a pour responsabilité de devenir un sacrificateur chez lui: qu’il apprenne à prendre soin de sa femme.
Un homme exerce un ministère auprès de sa femme en la rassurant.
Toutes les femmes ont besoin de savoir qu’elles sont uniques pour leur mari. C’est la raison pour laquelle même les femmes qui couchent avec n’importe qui se sentent plus ou moins coupables d’avoir des relations sexuelles sans amour. Donc, avant de se soumettre aux désirs sexuels d’un homme, elles posent toujours cette même question: “Est-ce que tu m’aimes?”
La sexualité mécanique ne peut satisfaire le désir d’une intimité véritable.
Un homme assure sa femme de son amour en lui disant qu’elle est celle que Dieu voulait qu’il épouse.
Nous sommes engagés par ce que nous confessons.Les voeux du mariage sont une confession qui génère un engagement. Mais la plupart des couples actuels souffrent du manque d’engagement.
BEAUCOUP d’homme ont l’impression d’avoir été contraints au mariage, manipulés ou mis au pied du mur par les circonstances
Ainsi, ils fantasment sur la destinée imaginaire qui aurait pu être la leur.
Il en va de même pour la femme qui se marie en raison d’une grossesse, d’une insécurité financière ou de toute autre contrainte. Elle doute souvent que son mari lui ait été donné par Dieu.

Au milieu d’une telle incertitude, mari et femme s’examinent l’un l’autre en fantasmant: “Etait-ce bien lui (ou elle)?” “Comment aurait été la vie avec un(e) autre?”
De telles questions, une fois marié(e) sont dangereuses. Cela détruit la relation conjugale.

Toute épouse doit réaliser que le caractère sacré du mariage est la préoccupation essentielle de Dieu. Tout homme doit être entièrement persuadé que: “C’est elle”
C’est une conviction intime, profonde qu’il a dans son coeur par le Saint-Esprit, avant le mariage avec elle et tout au long de sa vie de couple avec elle.
C’est pourquoi, cette décision de se marier doit se faire en ayant une pleine conviction: Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché.
Quand le Saint-Esprit est d’accord, Il nous donne la paix et une pleine conviction.

Après, il doit se le confesser ainsi qu’à elle. Une telle confession est cruciale.
Souvenez-vous en: nous sommes engagés par ce que nous confessons.

Un homme exerce un ministère auprès de sa femme en confessant qu’elle est celle qui lui était destinée.
C’est son assurance, sa sécurité. Les hommes sont des sacrificateurs. Ils doivent exercer leur ministère. Mais le ministère va bien au-delà de la prédication, le ministère, c’est aimer.
Un homme n’arrête jamais son ministère, c’est sa vie.
Il exerce son ministère quand il achète une voiture, engage une vente, monte un ordinateur, prend des décisions professionnelles…Tout dans sa vie est ministère.
Beaucoup d’hommes, après avoir exercé leur ministère toute la journée, n’ont plus envie le soir, de continuer chez eux.
La plus grave plainte des femmes, et tout particulièrement des femmes de serviteurs de Dieu, est la suivante: “Mon mari est capable d’exercer un ministère auprès de tous les autres, sauf de moi.”

Les hommes se défendent, prétextant travail, fatigue, obligations professionnelles, tension financière, anxiété…Ils exercent en fait leur ministère auprès du monde entier, et il faut reconnaître que c’est vraiment harassant.
Quand l’époux rentre à la maison, il veut que l’on s’occupe de lui, pas l’inverse; mais la vérité, c’est que le ministère commence au foyer.
Souvent, l’homme moderne change d’épouse mais préserve son emploi.
Le mari chrétien est lui aussi exposé à l’erreur, mais inconsciemment.
Des couples tombent amoureux et se marient; mais comme les affaires prospèrent, les enfants viennent,l’église les sollicite,ils s’investissent de plus en plus dans des tâches diverses.
Un homme doit réaliser que quand il tombe amoureux et que tout le reste a disparu, il a toujours son épouse auprès de lui. Ou du moins, s’il a bien géré son couple. Il devrait toujours en être ainsi.
Dieu a créé l’homme pour être chef et intendant. Les hommes ne possèdent rien; ils ne sont que des économes.
Santé, mariage, enfants, propriétés, affaires, l’amour d’une épouse, l’homme n’en est que l’intendant. Tout appartient à Dieu, Il nous a tout donné. Nous devons rendre compte de ce que nous en faisons, de la façon dont nous en prenons soin.

Les hommes ne possèdent pas l’amour de leur femme: ils n’en sont que les intendants. C’est un don que Dieu fait à l’homme de lui accorder une épouse.” Celui qui trouve une femme trouve le bonheur, c’est une grâce qu’il obtient de l’Eternel”.

Hommes, soyez un bon intendant. Soyez le sacrificateur. Exercez votre ministère.
Exercez votre ministère auprès de votre femme.

Laissez vos enfants à leurs grands-parents ou à des amis, prenez un congé et partez ensembles. Vous deux, seuls. Tombez de nouveau amoureux. Exercez votre ministère auprès d’elle. C’est la condition de sa soumission.

Chaque couple marié a besoin d’une lune de miel au moins tous les six mois, pendant au moins quatre jours. Sans de tels moments privilégiés ensemble, les couples se rendent compte, après un quart de siècle de mariage, les enfants partis, qu’ils ont oublié de s’aimer, de communiquer et ils seront confrontés à la séparation.

Hommes, exercez votre ministère.
Priez pour elle et avec elle. Développez votre intimité. Confessez qu’elle est votre épouse. Exercez votre ministère de confiance. L’aimer, c’est ça.
Emmenez-la en vacances et consacrez-lui toute votre attention.
Retombez amoureux d’elle régulièrement.

Vous les hommes, vous n’avez pas d’autre option.
Dieu vous appelle à être le sacrificateur de votre foyer.”

2 réponses à ““Le meilleur des hommes” de Edwin Luis Cole

Laisser un commentaire