Sexe: implication du corps, de l’âme et de l’esprit…

Article extrait d’un site internet

A la lecture de l’ensemble des textes bibliques, il est clair que la sexualité est bonne et qu’elle est un don de Dieu à l’être humain : don de Dieu pour le plaisir des sens, pour l’intimité relationnelle et pour la procréation.

Mais afin qu’elle soit épanouissante et exercée dans le respect de l’autre, la sexualité est appelée à se vivre dans un cadre précis. Dans toutes les sociétés, dans toutes les époques, l’homme a vu la nécessité de réglementer l’exercice de la sexualité afin de protéger la société de certains débordements (d’où par exemple l’interdit de l’inceste). Comme cadre aux relations sexuelles, Dieu nous a indiqué le mariage : l’engagement public et pour la durée de la vie, d’un homme et d’une femme qui décideront de se donner exclusivement l’un à l’autre.
L’ennemi de nos âmes connaît l’enjeu d’une décision telle que le choix du conjoint et il ne manque pas de nous tendre des pièges si l’on n’est pas vigilant. Ainsi, il ne faut pas attendre passivement, un couple chrétien se prépare par une intercession sérieuse.
Nous sommes créés corps, âme et esprit. Un couple doit donc se plaire, s’apprécier, se désirer physiquement. C’est une réalité merveilleuse, mais insuffisante, c’est le lien du mariage en ce qui concerne le corps. En second lieu, les personnes formant un couple doivent se compléter harmonieusement sur le plan psychique,quant aux objectifs poursuivis, quant à la manière de penser et de ressentir les choses. En d’autres mots: tu seras pour ton épouse son meilleur ami, et elle sera l’amie la plus intime que tu aies jamais connue, non seulement avant, mais surtout après le mariage. Tel est le second lien.
Enfin, sur le plan du ministère, de la vie spirituelle, Dieu veut nous donner une «aide
semblable à nous», une épouse que «l’on peut emmener avec soi» comme le faisait l’apôtre Pierre, selon 1 Cor.9 :5. Une épouse avec laquelle on peut prier, lire la Parole, exercer l’hospitalité, vivre pleinement le ministère. C’est le troisième lien. Comme cette parole de l’Ecclésiaste est pleine de sagesse: «La corde à trois brins ne se rompt pas facilement» !(Ecc.4 :12)

Le sexe est ce qui est le plus intime en nous. Coucher ensemble crée un lien, qu’on s’en défende ou pas. Ce lien est positif dans le mariage car il est fait dans un climat de sécurité, de confiance, d’engagement et de reconnaissance sociale, qui permet la transparence, la vulnérabilité, l’amour vrai. Ce lien est négatif s’il est établi hors mariage à cause de l’absence de l’un ou de plusieurs de ces éléments. La sexualité exige la sécurité affective, c’est-à-dire la confiance absolue en l’autre, la connaissance de l’autre et l’engagement sur le long terme, parce que coucher avec l’autre, c’est s’abandonner à l’autre, c’est lui donner notre intimité la plus profonde. Ce n’est pas un jeu ou un amusement.

Il faut savoir aussi une chose très importante : la relation sexuelle est une chose mystérieuse qui crée un lien très fort entre les deux personnes, même s’il ne s’agit que d’une relation “passagère”. La relation sexuelle devrait compléter une relation pré-existante, mais ne devrait pas être l’aspect le plus important de celle-ci. Cela devrait être la cerise sur le gâteau, lorsque tous les autres aspects de la relation marchent bien. J’ai compris à travers mes lectures et des discussions avec des couples, que les relations sexuelles seront super si tout le reste dans la relation est super. L’acte sexuel est en effet un moment de grande vulnérabilité, où on se livre, on se dévoile, on s’abandonne à l’autre. C’est aussi un moment où l’émotivité, les souvenirs du passé sont plus vifs. Si la relation entre les deux partenaires a été construites patiemment par les deux, dans le respect, la confiance, l’amour-don, l’acte sexuel est un véritable bonheur : celui qu’on attend et qui ressource. Mais l’inverse fait des dégâts. On en ressort aigris, maussades, encore moins proches qu’avant.

Vouloir coucher ensemble, bien souvent, est seulement l’expression inconsciente du désir que nous avons de nous rassurer nous-mêmes ou de l’envie égoïste du corps de l’autre. Nous voulons faire comme dans les films, nous voulons nous prouver quelque chose à nous-mêmes, nous voulons garder l’autre, nous voulons profiter du corps de l’autre… Toutes ces choses n’émanent pas d’un amour vrai pour l’autre. L’amour vrai sait attendre, car il ne veut pas l’autre pour soi. La sexualité est le couronnement qui nous attend après s’être préparés ensemble au mariage, après s’être engagés et montré l’un à l’autre que nous nous aimons vraiment.

Quand Dieu nous indique un chemin – y compris en matière de sexualité – c’est pour notre bien ; nous avons tout à gagner à respecter ses conseils. N’hésitez pas : demandez-lui de vous parler, de vous convaincre, de mettre en vous le discernement sur ce sujet si important.

2 réponses à “Sexe: implication du corps, de l’âme et de l’esprit…

  1. Vraiment gloire à Dieu car Il a utilisé ce message pour te rapprocher de LUI et te permettre de prendre les bonnes décisions.
    Sois bénie et merci JESUS car le meilleur reste à venir!

    Géraldine

Laisser un commentaire