On a toute sa vie de mariage pour pratiquer sa sexualité

Article extrait d’internet

On a toute sa vie de mariage pour « pratiquer » sa sexualité

Trois « sécurités » sont nécessaires pour vivre les relations
sexuelles de façon satisfaisante et épanouissante :

La sécurité affective
Je ne suis pas qu’une expérience pour l’autre ou une personne de
passage avec qui l’on peut « essayer juste-pour-voir ». Donner son
corps n’est pas banal : je ne peux pas l’offrir à n’importe qui comme
s’il n’était qu’un accessoire.
Pour la Bible, la relation sexuelle ne se passe pas qu’au niveau du «
génital » : non seulement elle engage mon être tout entier, mais aussi
ma vie et mon histoire.
« Ils deviendront une seule chair » dit la Parole (Gn 2.24). Une seule
chair signifie, sans aucun doute, l’union sexuelle des époux mais pas
uniquement cela. Il s’agit aussi de la mise en commun de toute la vie,
du partage, du dialogue, des rapports de paix qui unissent l’homme et
la femme. Dans le cadre du mariage, l’union sexuelle n’est pas une fin
en soi mais l’expression d’un don réciproque, d’une vie commune,
d’attention à l’autre, de service mutuel, de tendresse, en un mot
d’amour. L’intention du Créateur trouve là son accomplissement.

En dehors du mariage, l’union sexuelle est mensongère parce qu’elle
exprime un don qui n’en est pas un, puisqu’il peut se reprendre. Elle
favorise donc l’utilisation du partenaire comme objet de plaisir, mais
ne sert pas nécessairement l’amour. Le mariage pour la Bible est une
alliance dans laquelle un homme et une femme s’engagent pour la vie.
L’alliance, c’est en fait le seul « cadre » valable que nous pouvons
offrir aux relations sexuelles.

La sécurité de lieu
Vivre les relations sexuelles en cachette ou dans la crainte d’être
surpris, ce n’est pas franchement l’idéal ! Pour les apprécier à leur
juste mesure, il faut une certaine tranquillité d’esprit, du temps et,
disons-le, un certain confort. C’est là un minimum ! Se réfugier dans
une voiture, dans un champ de blé ou dans une chambre lors d’une fête
n’est ni confortable, ni une garantie de succès. Chacun doit pouvoir
se donner librement et sans se sentir oppressé. Bien sûr il y a les
standards populaires, largement véhiculées par les médias, qui font
des relations sexuelles une affaire de « feeling », de « contact ».
C’est vrai seulement au cinéma!
La sécurité de conscience
Sécurité de conscience face à Dieu et face à soi-même. Je ne pourrais
réellement m’abandonner que si je me sens approuvé par Dieu, si je
suis en paix avec moi-même et en sécurité avec l’autre. On ne peut se
donner en effet qu’à celui ou celle dont on est sûr qu’il ne nous
laissera pas tomber. Vivre les relations sexuelles dans un climat de
culpabilité, d’insécurité et de méfiance ne permet pas de réaliser
l’intention du Créateur.
Pour conclure sur ce point, il faut savoir que les premières relations
sexuelles sont les plus marquantes; celles dont on se souviendra toute
sa vie. D’où l’importance des conditions, de l’ambiance, de la
sécurité, de la paix, du temps mis à notre disposition pour progresser
calmement dans l’amour et approfondir notre relation. Le mariage est
en fait la seule institution qui rassemble toutes ces conditions. Cela
vaut donc la peine d’ attendre !

Laisser un commentaire