“Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier” 2 de Gary Chapman

Extrait du livre de Gary CHAPMAN: “Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier”

“Le plaisir sexuel n’est pas forcément réciproque”

Voilà un autre domaine de la vie de couple dans lequel je n’aurais pas imaginé rencontrer un jour des problèmes. J’étais un homme bien dans son corps, Karolyn était elle aussi bien dans son corps et nous étions très attirés l’un vers l’autre sur le plan sexuel. Que nous fallait-il de plus? Je pensais que nous allions tous deux connaître le bonheur parfait au niveau de l’acte conjugal. Pourtant, après le mariage, j’ai découvert que ce qui peut être un vrai bonheur pour l’un peut être quelque chose d’insupportable pour l’autre.
Personne ne m’avit dit que les hommes et les femmes sont différents. Bien sûr, je connaissais les différences physiologiques évidentes, mais je ne savais pratiquement rien au sujet de la sexualité féminine. Je pensais qu’elle trouverait autant de plaisir que moi dans l’acte conjugal, qu’elle voudrait avoir des rapports sexuels aussi souvent que moi et que nous serions aussi satisfaits l’un que l’autre dans ce domaine.
Mais je le répète, j’ignorais presque tout de la sexualité féminine. Et je me suis rendu compte, que, de son côté, Karolyn ma femme, ne connaissait pas grand chose à la sexualité masculine.
Si j’avais réfléchi à la question, j’aurais peut-être découvert ce texte de l’Ecriture :”Lorsqu’un homme sera jeune marié, il n’ira pas à l’armée et on ne lui imposera aucune charge. Il sera exempté pour raison de famille pendant un an et il réjouira la femme qu’il a épousée” (Deutéronome 24v5).
Je comprends en le lisant, qu’il faut une année à de jeunes mariés pour apprendre à se réjouir l’un l’autre sur le plan sexuel.
Là encore, mon manque d’information était flagrant.
Premièrement, j’aurais souhaité savoir que les hommes sont concentrés sur les rapports sexuels, tandis que les femmes accordent davantage d’importance à la relation. Si donc la relation a été brisée par des paroles dures ou un comportement irresponsable, l’épouse aura vraiment du mal à désirer se donner à son mari. Pour elle, les relations sexuelles sont un acte profondément intime qui est l’expression d’un amour véritable. Le comble, c’est que les hommes pensent souvent que “faire l’amour” résoudra tous les problèmes relationnels que peut connaître leur couple. ” Il me parle avec colère, disait une épouse, et une demi-heure plus tard, il dit qu’il est désolé et me demande si nous pouvons ‘coucher ensemble’. Il me dit: “J’aimerais te montrer à quel point je t’aime”. Il pense que si nous avons des rapports sexuels, cela réparera tout. Eh bien, il se trompe. Je ne peux pas avoir de relations sexuelles avec un homme qui m’a insultée!”
Si après une dispute, un mari attend que sa femme désire avoir des relations sexuelles, c’est comme s’il attendait l’impossible. Dans ce cas, des excuses sincères et un véritable pardon doivent être exprimés avant que l’acte conjugal ne soit à nouveau possible. Cette différence entre les hommes et les femmes au niveau de la sexualité se manifeste d’une autre manière: pour les femmes, les relations sexuelles commencent à la cuisine et non pas seulement dans la chambre à coucher. Si le mari sait exprimer son amour à sa femme dans la cuisine, elle sera bien plus ouverte aux relations sexuelles quand ils arriveront dans la chambre.

Si le langage d’amour de sa femme correspond aux services rendus, alors le fait qu’il fasse la vaisselle et sorte les poubelles était sexy pour mon épouse; je les aurais sorties deux fois par jour. Personne ne me l’a jamais dit.”

Si les paroles valorisantes correspondent à son langage d’amour, en la complimentant pour le repas ou en lui disant combien il la trouve belle, son mari suscitera en elle un désir d’acte conjugal. Un homme peut jouir d’un rapport sexuel satisfaisant avec sa femme même s’il n’est pas aussi amoureux d’elle qu’il pourrait l’être; tandis que , pour l’épouse, ce sera beaucoup plus difficile.

Deuxièmement, j’aurais bien aimé savoir avant de me marier, que pour l’épouse, les moments qui précèdent l’acte conjugal ont beaucoup plus d’importance que l’acte en lui-même.
Si la femme aime bien prendre le temps de “s’échauffer”, l’homme est souvent “prêt” beaucoup plus vite. Ce sont les caresses et les baisers précédant l’acte sexuel qui amènent une épouse à désirer cet acte. Si son mari “se précipite directement sur la ligne d’arrivée”, elle se dit : je ne vois pas ce qu’il y a d’agréable là-dedans. Sans des préliminaires amoureux suffisants, elle aura souvent l’impression d’être violée dans son intimité. “Je veux me sentir aimée, a dit un jour une épouse, mais tout ce qui l’intéresse, c’est de faire l’amour”.

Laisser un commentaire