Elisabeth et Dwight BAILEY (partie2)

Je ne m’attendais pas à ce que Dwight soit celui que DIEU avait prévu pour moi. Je le respectais, mais je ne pouvais pas du tout dire que je le connaissais bien. Même si ça nous arrivait de “chatter” de temps en temps et que nous travaillions pour le même ministère. Je savais qu’il aimait les livres de John PIPER, qu’Il avait passé son été à faire le travail de la mission, qu’il avait été diplômé de PCC, était doué au football américain, et au lancer de frisbee. Il écrivait des mails qui montraient une profondeur de pensée et une excellente maîtrise de la ponctuation, n’était pas préoccupé par ce que les autres pensaient de lui. Il connaissait Monsieur Stephen et ses yeux clignaient quand il souriait ou riait.

Je pensais que j’étais la dernière personne sur terre pour qui Dwight aurait un intérêt.
Les chose sont commencé vers la fin de l’année 2007 et j’étais totalement inconsciente de ça.

Durant un mois, Dwight a prié et cherché conseil de la part de ses parents et de quelques amis proches au sujet de ce qu’il devait faire. Devrait-il même essayer de me conquérir? Il était persuadé qu’il n’avait pas la moindre chance ou même que j’étais déjà avec quelqu’un. Il a alors essayé de me parler en tête à tête pour savoir si j’accepterais de commencer une relation avec lui. Plus facile à dire qu’à faire. Il y avait toujours des gens aux environs. Il n’avait jamais flirté avec quiconque et les fréquentations étaient un nouveau concept pour lui, et je ne lui facilitais pas la tâche. 🙂
Il n’avait pas mon adresse email, alors il m’a envoyé un message sur Facebook (nous n’étions même pas encore amis à ce moment); pour demander le téléphone de mon père. Mais j’étais en “vacance” et je n’avais pas l’intention d’aller sur Internet. 🙂 Ooops. Heureusement, mes frères m’ont demandé d’aller sur Internet pour vérifier quelque chose pour eux . Et c’est là que j’ai découvert son message qui était là depuis quelques jours déjà. Et je me demandais pourquoi il voulait le tél de mon père. Mais ma mère a deviné ses réelles intentions. 🙂

Quelques jours plus tard, il a parlé avec mon père et il lui a donné la permission de me courtiser. Quelques jours plus tard, Dwight, m’a téléphoné. Et alors, je lui ai dit que je vousdrai pas fréquenter une personne avant d’avoir pu devenir amie avec lui. J’avais besoin de me sentir en sécurité avant de pouvoir ouvrir mon coeur. Alors il fallait qu’on devienne amis avant…

Pendant cinq mois, nous avons parlé au téléphone, en essayant d’apprendre un peu plus l’un sur l’autre. Au début, Dwight appelait deux fois par semaine et nous parlions pendant une heure environ. Je savais juste que c’était la volonté de DIEU pour nous d’être amis et j’aimais parler avec Dwight. Nous étions en train de découvrir nos points communs, en parlant de théologie et de choses que nous avions entendues,bref, nous parlions de la vie!. Mais c’était une période délicate, car Dwight n’ avait aucune idée concernant le fait de savoir si notre relation au-delà de l’amitié ou non. Et moi j’étais pétrifiée à l’idée d’être peut-être un jour blessée à nouveau. Pouvais-je faire confiance à Dwight et finalement, pouvais-je oser faire confiance à DIEU? Je voulais que DIEU enlève toute la douleur…que DIEU m’aide à oublier les séquelles de la précédente relation. Je me sentais coupable en parlant à Dwight. Parce que même si j’aimais beaucoup notre amitié, je savais que Dwight désirait davantage et je ne pouvais pas encore le lui accorder à ce moment là. J’avais l’impression de profiter de lui et cette pensée me rendait malade.

Nos conversations devenaient de plus en plus longues. Un jour, brusquement, au beau milieu d’une conversation, j’ai demandé à Dwight combien de temps il pensait continuer à m’appeler ainsi sans avoir de réponse claire concernant notre relation. Dwight a alors pensé que tout était fini. Et moi, après avoir raccroché, j’ai pleuré car j’ai réalisé que Dwight m’aimait sincèrement et essayait de toute ses forces de laisser simplement mon coeur entre les mains de DIEU. Et au fur et à mesure que le temps passait, DIEU continuait à me guérir. Ma peine était atténuée mais je me demandais encore si Dwight était bien celui que DIEU avait pour moi.

Laisser un commentaire