Daniel et Christiana MILLS (suite)

Christiana

Le 8 Août 2010, avant que je sache que Daniel MILLS existe, et pratiquement un an avant qu’ile ne demande la permission à mon père de me fréquenter, j’étais en train d’apporter devant le Seigneur mes luttes concernant le fait qu’Il me donne la patience de me soumettre à Son parfait timing pour amener dans ma vie un homme rempli de DIEU. Pendant mon douloureux et long voyage pour apprendre à faire totalement confiance à la volonté de mon Père, j’ai couché par écrit ce que je considérais être un rêve impossible : Bien que ce ne soit pas une mauvaise chose de rêver , je dois me rendre à l’évidence du fait que les pensées de DIEU sont probablement différentes et définitivement meilleures que mes pensées folles.Mon rêve est une petite ferme à PA avec une véranda, un mari qui soit enraciné en Jésus et dix enfants marchant avec Dieu. Pendant ce temps mon mari et moi allions donner l’exemple en poursuivant la vision de DIEU pour nos vies”. Le Seigneur est capable de faire bien infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons. Et c’est à LUI, que Daniel et moi rendons toute la gloire pour nous avoir unis ensembles.

Il se trouve que je ne me rappelle pas notre première rencontre au pique-nique de l’Eglise Immanuel en Septembre. Principalement, parce que nous étions sur un terrain de volley ball et mon énergie et attention étaient focalisées sur le fait de ne pas donner l’impression que ça faisait un an que je n’avais pas joué au volley ball! Quelqu’un a réussi à prendre une photo d’une partie du jeu; et donc il y a une véritable preuve que j’étais effectivement dans l’équipe de Daniel !

A cette période, j’ai eu la bénédiction de cultiver une relation proche avec la mère de Daniel. Nous avons eu notre première longue conversation, pendant que nous lavions une pile d’assiettes après le repas de communion après le culte; et j’étais impressionnée des similitudes concernant nos deux familles dans nos goûts, les choses que nous n’aimions pas et nos convictions. A ce moment, leurs familles espéraient acheter une portion significative d’une ferme. Et depuis, j’ai aimé la pensée de travailler dans une ferme un jour, mais j’avais peu d’espoir de faire quoi que ce soit de cette sorte. Et j’aimais beaucoup écouter leurs aventures à ce sujet. Quelque part, le fait que Daniel était le fils de Mme MILL m’avait échappé. Et je n’avais pas fait le rapprochement du lien qui unissait Daniel à cette famille jusqu’au jour du nouvel an au rassemblement chez la famille Martin. Je n’ai pratiquement pas participé aux séances photos du début d’année, mais une petite voix m’a soufflé de sortir de ma zone de confort et de le faire malgré tout…Et c’était vraiment le Saint-Esprit 😉 Car un certain jeune homme était en train d’observer pendant ce temps. 😀

L’une des premières choses qui a attiré mon attention à Daniel était son coeur pour le service, même dans des endroits mondains.J’ai pu observé qu’un certain jeune homme était le premier à remarquer quand l’énorme poubelle aux repas de communion avait besoin d’être vidée. Il ne laissait pas le nettoyage en considérant que c’était l’affaire des filles, mais joyeusement il aidait à débarrasser les tables et laver les assiettes. Un autre aspect de son caractère que j’appréciais était qu’on pouvait l’apercevoir souvent en compagnie des frères plus âgés de l’Eglise, engagé dans de longues discussions. Cela m’a révélé sa maturité et aussi un coeur humble qui voulait bénéficier de la sagesse d’hommes chrétiens remplis de Dieu. Nous avons eu l’occasion d’avoir quelques discussions pendant que les mois passaient, et mon respect pour Daniel augmentait pendant qu’il me racontait ses efforts en entrepreneuriat; en particulier sa société de réédition appelée Salem Ridge Press. Un matin en Avril pendant ma prière, j’ai été amenée à réaliser que chacune des qualités pour laquelle j’avais prié d’avoir chez un futur mari se retrouvait en Daniel ! Je ne savais pas quoi faire alors j’ai décidé de prier à ce sujet et ensuite de garder cela dans un coin de ma tête pendant que je faisais confiance au Seigneur.

Au milieu du mois de Mai, ma famille et moi sommes allés dans une grande convention d’école où des centaines de vendeurs vendaient des programmes universitaires et d’autres matériels pour les familles faisant l’école à la maison. Comme je contournais un des stands de cette place le premier jour de la convention, j’ai aperçu Daniel et certains membres de sa famille qui vendaient des livres. Quand il m’a vue, il m’a fait un immense sourire et tout d’un coup, j’ai compris que je l’appréciais vraiment beaucoup! Puisqu’il m’avait déjà vue j’étais obligée de lui parler (et si possible de façon cohérente 😉 ) ; bien que mon coeur commence à battre d’une façon inexplicable dans ma poitrine. Je me suis éloignée aussi vite que possible et j’ai prétexté de vouloir feuilleter un des livres usés du stand jusqu’à ce que je me sois calmée!

Le Seigneur a ensuite permis une opportunité pour ma famille de louer une maison près de chez les Stevens, en Pensylvanie pour les mois d’été. Ainsi nous pourrions interagir avec les membres de l’Eglise Immanuel sur une base plus intime. Cela signifie que j’ai pu voir Daniel davantage, et ça devenait incroyablement difficile pour moi d’attendre patiemment la volonté de Dieu et de garder mon coeur. En regardant en arrière, je peux dire que le Seigneur m’a appris des leçons inestimables pendant ce temps. L’une de ces leçons était de Lui remettre mes pensées anxieuses, même si ça signifiait prier une centaine de fois durant la journée pour avoir Sa paix.

Quand Mme MILLS a appelé pour savoir si je serais d’accord pour donner un coup de main à la ferme, j’étais extrêmement enthousiasmée et désespérément nerveuse. Daniel avait eu une excellente attitude durant les mois précédent en ne manifestant aucun intérêt à mon égard jusqu’à ce qu’il se sente prêt à me fréquenter. Mais je pressentais malgré tout que quelque chose se préparait dans les coulisses ! J’ai énormément aimé travailler les deux jours à la ferme et me suis sentie extrêmement confortable en parlant avec la soeur de Daniel Christy et leur mère. J’ai aussi pu observé la patience et la gentillesse de Daniel envers les membres de sa famille. Ses qualités de leader étaient évidentes en ce sens que quiconque avait une question au sujet de comment faire ci ou ça courait immédiatement vers Daniel !

Quitter la ferme et revenir à un mode de vie “attente” était l’une des périodes les plus frustrantes de toute ma vie! De façon intéressante,le 18 Août, j’ai dit à une amie à qui je rendais visite que “DIEU répond aux prières plus vite que nous le pensons et plus tard que nous ne le souhaitons”. Cet après-midi là quand je suis arrivée chez moi, mes parents avaient l’air très enthousiasmés!

Quand ils nous ont dit qu’il avait une offre éventuelle pour que nous puissions retourner nous établir au New Jersey, j’ai pensé que cela devait être la cause de leur comportement inhabituel. Mais ça, c’est jusqu’à ce qu’ils m’exhibent leur téléphone portable sous les yeux et me fassent écouter un message de Daniel parlant à mon père. Une pensée m’a rapidement traversé la tête et je me suis dit: “ça y est! ça doit sûrement être ça!” Mes parents ont ensuite confirmé qu’effectivement, Daniel avait bien appelé pour demander la permission de me fréquenter. Pendant la demi-heure qui a suivie, le dîner a été mis en “stand-by” pendant que les accolades, les larmes et des rires hystériques abondaient oui…nous sommes une maison remplies de femmes…pauvre papa 😉 ).

Il y a un hymne écrit par le pasteur Africain Emmanuel T. Sibomana qui commence ainsi : “Oh, à quel point la grâce de DIEU me surprend.” Et alors que Daniel et moi nous entamions notre période de fréquentation, et aussi pendant les semaines qui ont suivi nos conversations initiales, cette expression m’est revenue en mémoire plus d’une fois.
Dans pratiquement chaque discussion sur des sujets divers et variés qui allaient de problèmes théologiques en passant par des préférences personnelles, on trouvait un accord mutuel. C’était très encourageant et ça nous a conforté dans nos pensées dans le fait que le mariage était la volonté de DIEU pour nous.

Aujourd’hui, je réalise que pendant des années, j’avais prié au Seigneur pour que mon mari soit un leader et un homme d’action. Alors je n’aurais pas dû être surprise, que le 28 Septembre, Daniel ait proposé les fiançailles!

Les fiançailles

Ce jour du 28 Septembre, il pleuvait encore à verse quand ma mère et moi avons conduit en direction de la ferme. C’était un de ces matins particuliers. Un de ces matins où l’on aurait dit que l’action la plus courageuse à faire aurait été de se replonger dans son lit et poursuivre son sommeil. Mais à vrai dire, ce n’était pas une option pour moi, en particulier parce que Daniel et moi avions des plans pour l’après-midi. Comme activité amusante à faire ensembles, nous avions essayé de peindre les murs du living room de notre ferme. Le seul problème était que les différents tons de bleu que nous essayions, soit ne ressemblaient plus à ce que nous avions vu au magasin, ou tout simplement ne correspondaient pas à ce que nous avions en tête. Armée de quelques échantillons supplémentaires, j’espérais qu’on allait finalement se mettre d’accord sur une couleur et faire le tour de la ferme avec ma mère. Pendant que mon véhicule franchissait une énorme flaque de boue, j’ai jeté un coup d’oeil au rétroviseur et j’ai secoué ma tête. “Voici l’opportunité pour Daniel de me voir dans un de mes pires états” pensais-je avec ironie.

Daniel nous a rejoint sur la voie privée, ne s’est pas évanoui en voyant mon apparence 😉 et ensuite, nous avons procédé au test des nouveaux échantillons de couleur. Nous étions tous les deux assez satisfaits du résultat que ça donnait sur le mur. Mme MILLS nous a rejoint un peu plus tard, et après avoir parlé pendant un petit moment, les deux mères ont mystérieusement disparu au deuxième étage de la ferme. Se tournant vers moi, Daniel m’a demandé si je voulais bien sortir sur la véranda et discuter un peu. Pendant que nous étions debout à contempler la ferme submergée par la pluie et le brouillard, Daniel m’a demandé s’il m’avait jamais raconté ce qui chez moi l’avait attiré en premier. Pendant qu’il m’expliquait tous les détails, je trouvais ça extrêmement attentionné de sa part. Quand il a fini, j’ai répondu en lui disant toutes les qualités que j’admirais chez lui. Après quelques moments, Daniel s’est soudainement retourné pour me faire face et a déclaré: ” Christiana, je crois que je peux mieux servir le Seigneur avec toi que tout seul. Je t’aime beaucoup…Veux-tu m’épouser?” J’étais complètement stupéfaite pendant un moment !
Tout ce que je pouvais penser c’était : “Il est en train de demander ma main ! Il me demande ma main ! EN CE MOMENT MEME! ”
En baissant les yeux, j’ai vu un belle bague en or blanc et avec des diamants dans la main de Daniel. Entre deux halètements tremblants de choc total, je suis parvenue à répondre “oui” et j’ai pris la bague! Daniel m’a alors expliqué que c’était la bague de fiançailles de sa grand -mère lui avait remise des semaines à l’avance. Cela l’a rendue encore plus spéciale à mes yeux. C’est étonnant de considérer que 50 ans auparavant, quand le grand-père de Daniel a apporté la bague pour la donner la jeune fille qu’il aimait, DIEU savait éjà que cette bague me serait mis comme cadeau précieux. Je suppose que je ne devrais pas être surprise qu’elle correspondait parfaitement à la taille de mon doigt!

Les deux mamans avaient connaissance des intentions de demande en mariage de Daniel, et vous pouvez imaginez sans peine qu’ily a eu des réjouissances énormes quand nous les avons rejointes en haut des escaliers ! Pendant que ma mère et moi étions sur le chemin du retour, j’étais encore en état de choc. Pendant tout le trajet, j’ai continué à regarder ma main gauche ( certains conducteurs sont devenus bien plus adroits ce jour-là 🙂 )! J’étais vraiment fiancée! Cela m’importait peu qu’il continue de pleuvoir… Tout mon monde était illuminé par une lueur rose.

———————–

Trois mois plus tard, le 14 Janvier 2012, nous étions mariés à l’Eglise Baptiste Trinité au New Jersey. Nous sommes tellement reconnaissants pour le soutien, l’aide et le conseil de nos deux familles dans les semaines qui ont précédé la cérémonie de mariage. Pendant cette période, Daniel et moi sommes devenus plus proches et nous avons recherché à élaborer une cérémonie de mariage qui apporte l’honneur et la gloire à CELUI qui nous a unis ensembles.

En tant que couple, nous avons choisi de n’avoir absolument aucun contact physique pendant nos fréquentations et nos fiançailles. Cela signifie que non seulement nous avons échangé notre premier baiser durant la cérémonie de mariage mais que c’était aussi la première fois que nous nous tenions les mains.

Ce choix nous a permis d’accomplir deux choses très importantes.
Premièrement, cela a établi une ligne très claire que nous ne pouvions pas dépasser concernant nos interactions physiques.
Deuxièmement, nous sommes alors capables durant le temps que nous passons ensembles d’apprendre à nous connaître, de discuter de nos pensées, de nos croyances et de nos visions pour le futur.

Nous sommes tous les deux très heureux des choix que nous avons faits. Et je peux affirmer en observant ma propre vie, que les standards que nous avons observés fonctionnent pour la vie réelle, et qu’ils ne diminuent en aucun cas les opportunités d’établir une relation d’amour et de proximité avant et après le mariage.
Et nous espérons que ceux qui se fréquentent actuellement prendront le temps de considérer les standards qu’ils vont établir pour leur relation. Cela aura un réel impact sur leur couple après le mariage. Que DIEU vous bénisse.

Daniel et Christiana Mills

4 réponses à “Daniel et Christiana MILLS (suite)

  1. Je suis une chrétienne africaine. En afrique on pense que nos frères blancs ne savent pas attendre avant le mariage sans faire au moins un baisé. Aujourd’hui j’ai compris que c’est encore un mensonge diable. J’ai faillit faire cette erreur béni soit le seigneur. Que Dieu bénisse ce merveilleux couple ainsi que l’équipe du blog.

  2. je me nomme jean bawéa je suis etudiant resident au togo et je suis en relation serieuse avec une fille, nathalie,depuis 4 ans et je voudrais avoir des conseil de plusieurs couples experimentés. nous sommes tous 2 vierges et nous contons le rester jusqu’au mariage.

    excuser moi si ce n’est pas un commentaire

Laisser un commentaire