Mariage : Débusquer les malédictions familiales


Article écrit par Michèle Brugnoli, extrait du site Porteurs de vie :  http://www.porteursdevie.ch/accueil/

Débusquer les malédictions familiales

En travaillant comme assistante sociale, je me suis aperçue que les «cas sociaux» se reproduisent souvent de génération en génération. Si l’on remonte l’arbre généalogique d’une famille, on trouve fréquemment les mêmes «héritages» chez les parents et les grands-parents : occultisme, alcoolisme, violence, pauvreté endémique, pédophilie ou maltraitance d’enfants. Lorsque ces calamités se manifestent dans une famille depuis plusieurs générations, il faut les confesser et briser ce joug.

L’histoire de l’adultère du roi David avec Bath-Chéba est, à cet égard, riche en enseignements. David couche avec la femme d’un de ses officiers; celle-ci devient enceinte. David essaie alors par tous les moyens de cacher son forfait. Mais toutes ses ruses échouent. Il se résout alors à faire assassiner l’infortuné mari en camouflant le crime sous l’aspect d’un fait de guerre. Le meurtre et l’adultère pénètrent ainsi dans la maison royale et en infectent les descendants. Le bébé, issu de cette relation adultère, ne survit pas. (Samuel 11:4, Samuel 12:14-28) Par la suite, Absalom, autre fils du roi, se rebelle contre son père, allant jusqu’à coucher avec ses concubines. Sa tentative de putsch s’achève dans le sang. (Samuel 16:22, 2 Samuel 18:15)

Nos actes, bons ou mauvais, ont des conséquences sur nos enfants. Chaque famille a des qualités qui lui sont propres comme par exemple la générosité, la solidarité ou un esprit d’entreprise. Malheureusement chacune a aussi des faiblesses et a parfois développé des vices comme le mensonge, le vol, la violence, l’amour de l’argent … Certaines semblent emprisonnées par des divorces en série, une santé anormalement déficiente, des problèmes financiers chroniques ou même des accidents à répétition. Bien entendu, ce n’est pas un destin inéluctable, mais lorsque l’occultisme ou d’autres abominations pénètrent dans une famille, les infortunés descendants peuvent en être contaminés. Cela devrait nous inciter à mettre en règle nos modes de vie malsains avant que nos enfants n’en soient atteints. Ceux qui se détournent des péchés familiaux pour vivre selon Dieu, peuvent revendiquer une inestimable promesse: être bénis jusqu’à la millième génération ! (Exode 20:5-6)

Je me souviens d’une jeune Africaine du Burkina-Faso, nommée Antoinette. Elle venait d’une ethnie pratiquant la polygamie. Son père prit une seconde épouse qui, bientôt, supplanta sa mère. Cette dernière fut tellement maltraitée qu’elle s’enfuit du domicile conjugal. Elle abandonna Antoinette, sa petite fille de huit ans, sous la férule de cette marâtre. Celle-ci haïssait l’enfant. Un jour, dans un accès de colère, elle maudit la petite, lui déclarant qu’elle ne se marierait jamais et ne serait qu’une «épouse de second rang» ! Devenue jeune fille, Antoinette s’aperçut, en effet, qu’elle n’attirait que … les hommes mariés ! Lassée de fuir les sollicitations dont elle était constamment victime, elle finit par vivre avec l’un d’eux.

Plusieurs années après, elle se convertit. En lisant la Bible, elle réalisa que sa situation n’était pas en accord avec ce que Dieu veut pour ses enfants, pas plus que l’oppression ou l’abandon dont elle avait été la victime. Elle vivait dans l’adultère, déchirée, elle aussi, par la haine, la jalousie et la peur de sa rivale : une situation sans issue ! De plus, des pratiques occultes avaient amené toute sa famille sous la domination d’esprits mauvais.

Elle choisit de se tourner pleinement vers Dieu. Dans la prière, elle brisa le pouvoir de la malédiction proférée contre elle. Après cet acte, elle prit la courageuse décision de se séparer de son ami. Ce choix ne fut compris ni par sa famille, ni par ses amis qui lui reprochèrent d’avoir perdu la raison.

Mais la joie qui inonda son cœur valait tous les sacrifices : pour la première fois, ses nuits se remplirent de paix. Elle est aujourd’hui engagée dans son église. Délivrée des «valeurs» oppressantes du passé, elle se sent maintenant prête à fonder une famille heureuse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s