La vérité au sujet des conséquences du sexe dans la vie mentale et émotionnelle d’une personne

Article extrait du site: www.JesusMarie.com

 

Le mythe du sexe juste pour s’amuser, le sexe comme divertissement et le piège de l’érotisme
“Nous sommes pour un sexe rigolo, un sexe qui soit un moyen de communication sympa, un peu comme la bouffe”, déclarait une productrice de télévision (Libération, 13 septembre 1986). Après le mythe naïf du “sex is love”, voici le mythe cynique du “sex is fun”, sécrété par les marchands de sexe en tout genre.

Selon ce mythe, la sexualité n’est qu’un simple divertissement. Elle doit surtout être abondante, diversifiée et, avec les conseils radiodiffusés des experts en sexologie, efficace. En plus, elle est bon marché, grâce au préservatif “tarif jeune”

 

Il n ‘existe pas une seule activité sexuelle, même purement mentale, qui n’influence durablement notre affectivité, notre aptitude à aimer.

Cette conception est basée sur une grave méconnaissance de la sexualité humaine. Celle-ci ne concerne pas seulement le corps, mais toutes les dimensions du psychisme Il n’existe pas une seule activité sexuelle, même purement mentale, qui n’influence durablement notre affectivité, notre aptitude à aimer.

sexe et développement de la personne
Toute expérience sexuelle est mémorisée dans le subconscient et crée une empreinte émotionnelle et mentale. Lorsque la sexualité est vécue dans le cadre d’un amour véritable, fondé sur l’engagement total de la personne, cette mémoire rapproche les époux. Par contre, lorsque la sexualité est vécue avec des motivations égoïstes, infantiles, elle a tendance à figer le développement de la personne.

La pornographie est une drogue qui affecte des millions d ‘hommes
Elle détruit l’intimité de leurs couples en y introduisant la violence sexuelle.

Voilà pourquoi une sexualité non maîtrisée a tendance à devenir de plus en plus compulsive, obsessionnelle. Il est aujourd’hui prouvé que la pornographie fonctionne comme une drogue; une drogue en vente libre, représentant 25 % du chiffre d’affaires de la presse et 40 % de celui de la vidéo.
On passe insensiblement de la pornographie douce et la pornographie dure. L’accoutumance à la pornographie affecte en France des millions d’hommes. Elle détruit de nombreux couples, puisque des maris intoxiqués, soit se désintéressent de leurs femmes soit projettent sur elles les fantasmes de violence et d’humiliation dont leur imaginaire est saturé. Enfin, la pornographie favorise le développement de la criminalité sexuelle. Les policiers le savent et en conséquence, quand ils découvrent un stock de matériel pornographique au domicile d’un délinquant sexuel présumé, lors d’une perquisition, ce matériel, considéré comme une pièce à conviction, est mis sous scellés.

Selon une enquête faite dans les prisons, 82 % des pédophiles avouent le rôle déterminant de la pornographie sur leurs pensées et leurs comportements. Dans 40 % des crimes sexuels, le criminel avoue avoir utilisé du matériel pornographique juste avant de passer à l’acte (Commission Meese sur la Pornographie, 1986). Dans notre société hyperérotisée, les images sexuelles omniprésentes n’influencent pas que les criminels potentiels. Elles nous atteignent tous, et spécialement les enfants et les jeunes.
Une des autres conséquences est la montée de l’impuissance masculine dans la pays industrialisés.

le vagabondage sexuel émousse la puissance du sentiment
Faut-il coucher pour apprendre à aimer ? Le mythe de “l’expérience sexuelle”
A partir de conceptions matérialistes, certains pensent qu’une expérience amoureuse et sexuelle abondante est le meilleur moyen d’apprendre à aimer, selon cette logique, “…plus je fais l’amour et plus je le fais avec des partenaires différents mieux je sais le faire.” C’est la philosophie principale de nombreuses publications pour jeunes, comme l’ hebdomadaire 20 Ans .

Plus une personne a eu de partenaires sexuels, plus sa mémoire affective est chargée de souvenirs qui l’empêchent de s’investir totalement dans une relation d ‘amour véritable et exclusive.

En réalité, le séducteur ou la séductrice sont généralement des personnes qui se sentent incapables d’aimer et qui compensent leur vide affectif par un besoin de dominer ou même de blesser.
De plus, le vagabondage sexuel émousse la puissance du sentiment. A cause du pouvoir de mémorisation des émotions sexuelles, les souvenirs des expériences sexuelles passées interfèrent avec les expériences présentes et futures, parfois même sous la forme d’images et de sensations très nettes pendant le coït. Ce phénomène détruit l’intimité des partenaires.

Ainsi, plus une personne a eu de partenaires sexuels, plus sa mémoire affective (son coeur) est chargée de souvenirs qui l’empêchent de s’investir totalement dans une relation d’amour véritable et exclusive.

La situation idéale reste celle de la virginité avant le mariage. Dans ce cas, la sexualité du couple est un lieu secret, qu’aucune autre personne n’a souillé et qui fortifie l’intimité du couple. La virginité du corps permet la virginité du coeur. Loin de présenter un handicap, le manque d’expérience sexuelle avant le mariage permet au couple marié de faire ensemble la découverte de ce jardin de délices. Selon la psychologue Coleen MAST: “Dans le mariage, l’expérience et les souvenirs de la relation exaltent le désir des partenaires de mieux se connaître et d’approfondir leur relation. Le sexe les unit ensemble, enrichissant et stimulant leur engagement mutuel.” (The World and I, septembre 1989)

Dans le mariage, l ‘expérience et les souvenirs de la relation exaltent le désir des partenaires de mieux se
connaître et d ‘approfondir leur relation.

Les jeunes qui ont déjà été impliqués dans des relations sexuelles prémaritales peuvent changer de vie en commençant par l’abstinence, se constituant ainsi une “deuxième virginité” pour se préparer au mariage.

L’épanouissement ne vient du fait de laisser aller librement notre sexualité comme les animaux, nous avons besoin d’amour pour être heureux
Avec le triomphe du matérialisme, on a cru que la sexualité humaine, comme la sexualité animale,  allait de soi, qu’il suffisait de la laisser librement s’exprimer pour qu’elle s’épanouisse normalement, et que les interdits culturels, en la réprimant, étaient responsables de toutes les perversions.

La philosophie naturaliste, qui réduit l’homme à un animal, a permis à des sexologues, comme Alfred KINSEY, d’acquérir une réputation usurpée d’experts en sexualité humaine.

Pour lire tout l’article vous pouvez aller ici: www.JesusMarie.com

Laisser un commentaire