Difficultés dans le couple:Dieu peut vous aider (partie 2)

Article extrait du site :

http://www.aucoeurdesfemmes.net/index.php/enseignement/le-couple/36-enseignement-ecrit-le-couple/131-temoignage-de-reconciliation-de-couple-et-de-guerison#

 

Tout ce que je viens de vous raconter aurait pu durer encore longtemps si un jour mon frère, n’était pas venu me voir avec des propos étonnants. Il avait mal tourné il était devenu délinquant et ce jour-là Il me dit : “ Marie-Claire, j’ai rencontré Jésus, vécu une expérience personnelle avec Lui. J’ai lu La Bible et un livre de témoignages de personnes qui ont vécu la même expérience avec Jésus, je te le laisse afin que tu en profites comme moi ». Je pensais qu’il se passait quelque chose mais sans plus, je n’ai pas bougé. Avec mon mari cela allait de plus en plus mal, c’était même de pire en pire. Je doit avouer que je pouvais rester sans lui parler pendant des mois, comme si dans ma tête j’avais des tiroirs où j’entassai tout ce qu’il me faisait ou me disait qui ne me plaisait pas et lors des disputes, en plus de l’explosion du problème du moment, le tiroir s’ouvrait et je mettais tout sur la table.

Disputes, angoisses, dépression, je vivais ainsi. Tout à coup, un jour plus noir que les autres, je me rappelais les paroles de mon frère Daniel. Je rentrais dans ma chambre et me mis à prier: « si tu es Dieu unique qui peut intervenir alors fais-le ». Je goûtais à la paix de Dieu, c’était comme un chaud manteau qui m’enveloppait toute entière c’était fort, intense. Dieu était là. Cela me donnait une telle assurance que je disais: « tu es là Jésus ». Je me mis à lire La Bible. Je dévorais ce livre de témoignage que mon frère m’avait donné. Je le lisais encore et encore et de plus en plus. J’avais un feu intérieur qui brûlait au fond de moi.

C’est dans cette période que nous avions un problème avec un client qui nous devait une somme d’argent importante et un jour mon mari me dit: «  Je vais m’acheter un pétard et se sera lui ou moi ». Je lui répondis: « avant d’aller acheter ton arme, tu ne veux pas venir avec moi ce soir, il y a une réunion où on parle de Jésus … »

Jean-claude :

Revenons au moment ou j’entendis la douce voix de ma femme que je n’entendais plus depuis plusieurs mois. Elle me dit: « à cette réunion, on va parler de Jésus ». J’avais essayé beaucoup de moyen pour être heureux. Mon couple allait mal, mon travail également, tout allait de travers. Alors, n’ayant plus rien à perdre, je décidais de me rendre à cette réunion, sans savoir ce qui m’attendais. Mes beaux-parents étaient absents et mon beau-frère avait demandé au prédicateur de faire la réunion dans leur garage.

Quand je rentrai dans ce lieu, que vis-je? Tous les gars avec qui je faisais des mauvais coups. Je leur dis: « Mais que faite-vous là? » Ils me répondirent: « On a rencontré Jésus ». Puis un homme vint près de moi, chemise ouverte, foulard autour du cou et me demanda si celui-ci était bien mis. Instinctivement, je pensais: « mais c’est un homo ce mec-là ! » Puis il pris la guitare et se mit à chanter: « Jésus est vivant, Jésus est vivant… », Les copains chantaient avec lui et je continuais à penser que ce gars ressemblait par ses manières à une fille et que mes copains étaient tous devenus homosexuels! Je trouvais que l’homme au foulard jouait mal, chantait mal… puis il nous invita à nous asseoir. Il commença à parler de Jésus sur un bateau en pleine eau (Il avait l’accent Suisse) et je me demandais ce que c’était ce « plein eau ». Je déduisais que c’était une nouvelle marque de bateau et je pensais que Jésus faisait du bateau! Qu’Il était sportif. Vous avez remarqué que Dieu nous prend toujours là où nous en sommes. C’est le plus grand des psychologues!

Puis le prédicateur faisait un appel et demandait à tous ceux qui voulaient recevoir Jésus de s’avancer. A droite et à gauche, chacun m’incitait à y aller… « Allez, vas-y, avances-toi ». J’étais dans les affaires. J’étais chef d’entreprise. Comme j’avais fait trente kilomètres pour venir, je devais en faire autant pour le retour, cela coûtait cher… Bon, je m’avançais. L’homme me demandait si je voulais accepter Jésus comme Sauveur. Sans attendre la réponse, Il mit ses mains sur moi. Aïe, aïe, aïe, Il me touchait et je n’aimais pas cela. Il me dit répètes après moi et fermes les yeux. Je pensais : « Il me commande en plus…” «Seigneur Jésus, je te donne ma vie, je te demande pardon pour mes péchés, Amen ». Je répétais cette phrase sans trop comprendre ce que je disais. Je retournais à ma place et je dis à ma femme: « Ils sont tous fou ici, on s’en va ! » Au bout de deux à trois kilomètres, je mis ma main sur le genou de mon épouse et lui dis: « Je t’aime ». Puis rapidement j’enlevais ma main en pensant que je devenais aussi farfelu que mes copains. Le dimanche suivant, les copains me convainquent d’aller assister à une réunion en Suisse.

Laisser un commentaire