La vérité derrière la Saint-Valentin partie 2

Je ne suis pas forcément d’accord avec toutes les idéologies et tous les articles publiés sur le site suivant :http://www.alliances-delivrances.com/article-27933692.html

mais concernant l’ article sur la saint valentin, je trouve qu’il est intéressant et riches d’enseignement. Ensuite je pense que chacun est libre, en accord avec sa conscience vis à vis de Dieu de célébrer cette fête ou non.

Que Dieu nous aide à faire Sa volonté dans le nom de Jésus.

Couronneclatante

 

Publié le 14 février 2009 par DP

Article tiré du site suivant: http://www.alliances-delivrances.com/article-27933692.html

TRADUIT DE L’ORIGINAL  PAR JEAN RICHARD

Le premier homme du nom de Valentin

Mais qui était le Valentin original ? Et que signifie le nom de Valentin ?

Valentin vient du mot latin Valentinus, qui vient lui-même de valens être fort, puissant, imposant.

La Bible décrit un homme qui possède un titre semblable :

« Cusch engendra aussi Nimrod ; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre. Il fut un vaillant chasseur devant l’Éternel; c’est pourquoi l’on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Éternel. » (Gen 10 :8-9).
On dit qu’il chassait avec l’arc et les flèches.

Tel que mentionné, les Romains célébraient les lupercales afin d’honorer le dieu de la chasse Lupercus.
Pour les Grecs, de qui les Romains avaient copié la majorité de la mythologie, Lupercus était connu sous le nom de Pan, le dieu de la lumière.
Les Phéniciens adoraient le même dieu sous le nom de Baal, le dieu soleil. Baal était un des nombreux noms ou titres de Nimrod, un vaillant chasseur, particulièrement de loups. Il fut aussi le fondateur et premier maître de Babel (Gen 10 :10-12). Défiant Dieu, Nimrod fut à l’origine de la religion à mystères de Babylone dont la mythologie a été copiée par les Égyptiens, les Grecs, les Romains et une multitude d’autres peuples anciens. Sous des noms ou des titres différents (Pan, Lupercus, Saturne, Osiris) Nimrod est l’homme fort, le vaillant chasseur-guerrier, dieu des anciens.

 

Mais, direz-vous, qu’est-ce que le symbole du cœur a à faire avec le fait d’honorer Nimrod/Valentin ?

Le titre Baal signifie seigneur ou maître et celui-ci est mentionné dans toute la Bible comme étant le dieu des païens. Dieu a averti Son peuple de ne pas adorer, ni même tolérer les voies de Baal (Nimrod). Dans l’ancien chaldéen (la langue des Babyloniens), bal, qui est semblable à Baal, signifie « cœur ». Voilà d’où provient le symbole du cœur.

 

Notez maintenant le nom de Cupidon. Il provient du verbe latin cupere, signifiant désirer.
Cupidon était le fils de Vénus, la déesse romaine de la beauté et de l’amour. Connu aussi sous le nom d’Eros chez les Grecs, il était le fils d’Aphrodite. Selon le mythe, il était responsable d’avoir fécondé un grand nombre de déesses et d’êtres mortels. Cupidon était un archer à l’allure d’enfant (rappelez-vous que Nimrod était archer).

 

La mythologie décrit Cupidon comme pourvu d’une personnalité à la fois cruelle et enjouée. Il utilisait ses flèches invisibles dont l’embout était en or, pour frapper les femmes et les hommes sans méfiance, les faisant tomber follement amoureux.

Il ne faisait pas cela pour leur bénéfice, mais bien pour les rendre fous de passion avec le dessein de rendre leur vie misérable et se moquer d’eux.

 

Plusieurs des dieux des Égyptiens, des Grecs, des Romains, des Assyriens et de d’autres peuples ont pris pour modèle un seul homme, Nimrod.

 

Mais qu’est-ce que cela a à faire avec nous aujourd’hui ?

 

Pourquoi devrions-nous nous préoccuper de ce qui est arrivé dans le passé ?

 

Ce que Dieu pense

Lisez ce que Dieu commande à Son peuple en ce qui concerne les pratiques et les traditions païennes.

« N’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité » (Jér 10 :2-3).
Voyez aussi les paroles du Christ dans Matthieu 15 :9 :

C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes ».

Partout dans la Bible, Dieu décrit les païens comme ceux qui adorent les choses qu’Il a créées (les animaux, le soleil, la lune, les étoiles, les arbres etc.), ou des idoles faites de mains d’hommes, ou toute autre chose que Dieu. Il qualifie ces personnes et leurs pratiques de païennes.

 

Les vrais Chrétiens savent que Dieu hait toutes les coutumes, pratiques et traditions dont l’origine est païenne.

 

Laisser un commentaire